|

Mot-clé - sous-marin nucléaire

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 14 juin 2020

Incendie à bord d'un sous-marin nucléaire en rade de Toulon

2020-06-12_pompiers-Toulon_.jpgUn incendie s'est déclaré vendredi 12 juin 2020  à 10h35 à l'avant de l'un des six sous-marins nucléaires d'attaque de l'armée française, le « Perle », en cale sèche dans l'arsenal militaire de Toulon (Var). Une quarantaine d'employés travaillaient à bord quand le sinistre s'est déclenché. Il a fallu quatorze heures aux 250 pompiers et sous-mariniers pour maîtriser le sinistre, parti dans une zone peu accessible du sous-marin. Les compartiments de propulsion atomique n'auraient pas été touchés selon la préfecture maritime de la Méditerranée tandis qu'étaient recherchés« d'autres foyers » éventuels. Tandis que d'importantes fumées noires se répandaient alentours, les autorités affirmaient qu'il n'y aurait pas eu de rejets radioactifs .

Lire la suite...

Partagez ! Partage

lundi 30 mars 2015

Nucléaire : après les pertes faramineuses d'Areva (près de 5 milliards d'euros), c'est au tour de la DCNS d'annoncer 336 millions de perte pour 2014

2015_CANSE_armement_nucleaire_sous-marin_missile_DCNS_sous-marin-nucleaire_le-terrible.jpgC'est le nouveau Pdg du groupe spécialisé dans l'armement naval militaire nucléaire et ancien directeur général de Technicatome/Areva T.A qui fait l'annonce : le groupe militaire nucléaire DCNS constate une perte sèche de 336 millions d'euros et un chiffre d’affaires en recul de 9 %. Du fait de sa participation au projet de réacteur expérimental nucléaire Jules Horowitz du Commissariat à l’énergie atomique à Cadarache (Bouches-du-Rhône) et des programmes de sous-marins nucléaires d’attaque dit de « nouvelle génération ». Du jamais vu...

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mercredi 11 juin 2014

Tricastin : le démantèlement d'Eurodif révèle un trop plein d'uranium, équivalent à une dizaine de sous-marins nucléaires.

2014-06-05_demantelement_Eurodif_Tricastin_Cylindre_duranium_hexafluoride_UF6.jpgAlors que les opérations de démantèlement d'Eurodif/Areva déjà réalisées laissent apparaître des quantités d’Uranium bien supérieures à celles attendues :  la Direction veut arrêter les opérations au 31 décembre 2015 qu’il reste ou non de l’uranium dans les installations. Pourtant Il faudrait un an de plus pour évacuer des installations contaminées par les 100 tonnes d’uranium restantes équivalent au combustible d’une dizaine de sous-marins nucléaires.

Lire la suite...

Partagez ! Partage