|

Mot-clé - prélèvement

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 18 juillet 2021

La fin du nucléaire par manque d'eau ? : l'exemple du Tricastin

2018_eau_energy_final.jpgNégationniste des réalités sanitaires et climatiques, le nucléaire est un ogre dévoreur d'eau pour faire tourner ses réacteurs qui ont un besoin continu de cette ressource pour se refroidir. Or le dérèglement climatique, qu'il soit d'origine du cycle naturel ou/et découlant du productivisme forcené des sociétés humaines, conduit à une diminution de l'eau. Déjà les sécheresses et baisses récurentes de débit imposent, comme au long du Rhône, la mise à l'arrêt de réacteurs atomiques, tel au Tricastin (Drôme-Vaucluse) ou à Cruas (Ardèche). Une situation qui place encore une fois cette industrie du passé le dos au mur et en concurrence avec les autres usagers de l'eau : agriculteurs, entreprises, particuliers, usagers des voies navigables.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

vendredi 26 juillet 2019

Soutenez l'acquisition d'une unité fluviale indépendante citoyenne d'alerte radioactive et d'informations indépendantes

Nucleaire_unite-scientifique-fluviale_soutien-citoyen.jpgFace à la désinformation de l’État et des lobbies du nucléaire, l'ONG "Next-Up" lance une souscription citoyenne pour s'équiper d'une unité opérationnelle indépendante scientifique de type chaland pour effectuer des prélèvements et mesures de la radioactivité in-situ. Une Première en France ! Cet appel à dons permettra d'assurer des interventions rapides sur les 330 km de voie navigable du Rhône et les 233 km de la Saône où sont implantés d’importantes installations nucléaires aux rejets radioactifs aussi intempestifs que dangereux. La CAN-SE soutien cette initiative.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 17 septembre 2013

Alerte : fuite radioactive de tritium sous la centrale du Tricastin. Le CAN84 exige de l’ASN l’ordre d’arrêt immédiat de la centrale EDF.

Ce n’est que le 6 août 2013 qu’EDF a déclaré à l’ASN une évolution anormale de tritium radioactif sous les réacteurs nucléaires n°2 et n°3 de la centrale nucléaire du Tricastin. L’inspection conduite le 28 août révèle que ces niveaux anormaux de radioactivité sont constatés en fait depuis le mois de juillet 2013. Tout comme à Fukushima, l’eau radioactive est pompée et stockée dans des cuves puis rejetée vers le Rhône et la méditerranée. Le Collectif antinucléaire de Vaucluse exige de l’Autorité de Sûreté Nucléaire l’ordre de mise à l’arrêt immédiat de la centrale nucléaire du Tricastin.

Lire la suite...

Partagez ! Partage