|

jeudi 15 août 2019

Accident nucléaire sur une base militaire russe de lancement de missiles

2019-08-09_explosion-base-missiles-russe_vue-de-la-ville-de-Severodvinsk.jpgUne explosion s'est produite le 8 août dernier dans un centre russe de recherches nucléaires au large de Nionoksa, dans la région d’Arkhangelsk, dans le Grand Nord russe. Le bilan réel des victimes reste incertain et les circonstances de l’incident peu claires. L'explosion aurait fait cinq morts et au moins trois blessés par brûlures. Et des rejets radioactifs 16 fois supérieurs au "bruit de fond radioactif" habituel. Possiblement de plutonium, de promethium et de cerium.

Lire la suite...

mercredi 28 septembre 2016

Les pectines, le projet Ethos et le crime du lobby.

2015-17-10_CAN84_RienRemèdes pour réduire la contamination radioactive des habitants des zones touchées par Tchernobyl, les distributions de pectines ont été bloquées par l’action criminelle du lobby français de l’atome imposant le projet Ethos, afin ne pas avoir à reconnaître les dégâts de la radioactivité post-catastrophe. Cas de la Biélorussie et de l’Institut Belrad.
Les données scientifiques s’appuient sur la note technique d'Yves Lenoir, d’août 2016, « Césium 137 et... pectines ».

Lire la suite...

dimanche 12 juillet 2015

L'industrie du nucléaire est dans le rouge, mais ses ravages s'accroissent

phenix_feu_atomique_copier.jpgNon seulement les victimes de la barbarie nucléaire sont beaucoup plus nombreuses qu’officiellement reconnues, mais en plus la descendance des victimes est cruellement touchée. Et l'humanité, ou ce qu'il en restera, aura à en gérer les séquelles pendant des dizaines de millénaires...

Lire la suite...

jeudi 11 avril 2013

Restitution de comprimés d'iode : le CEA et les autorités cherchent à tranquilliser la population

pregnant belly #2Les préfets du Gard et du Vaucluse viennent de lancer, sous le regard énamouré du Commissariat à l'Energie Atomique, une vaste opération de récupération des pastilles d'iode distribuées à la population depuis des années autour du site nucléaire militaro-civil de Marcoule. Arguant d'une mise à l'arrêt de 2 réacteurs les autorités tentent de faire croire à la population qu'il n'existe plus de risque nucléaire pour la santé. Un rideau de fumée que dénonce fermement la Coordination antinucléaire du sud-est.

Lire la suite...