|

Mot-clé - installations nucléaires

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 19 novembre 2018

Incidents à répétition dans les installations nucléaires du sud-est

carte-FRance_reacteurs_60x60.jpgDepuis le début de l'année, les sites atomiques de la vallée Rhône-Durance voient se multiplier les incidents mettant en cause la sûreté (toute relative) des installations nucléaires, les atteintes à l'environnement et à la santé des populations et salariés. Vaucluse et Drôme (Tricastin), Gard (Marcoule), Bouches-du-Rhône (Cadarache), Ardèche (Cruas-Meysse) et encore un peu plus haut en Isère (Bugey)  : pas un site nucléaire n'échappe à la déliquescence, aux erreurs, aux fausses estimations (1). Alerte !

Lire la suite...

samedi 15 septembre 2018

Cruas, Tricastin, Bugey menacés par une rupture du barrage de Vouglans (Ain)

barrage-Vouglans_EDF_Ain.jpgUne rupture du barrage de Vouglans (Ain), construit en béton il y a cinquante ans, ne peut être exclue. Telle est la révélation d'un reportage diffusé jeudi 13 septembre dans l'émission "Envoyé Spécial" (1). 600 millions de mètres cubes d’eau pourraient être ainsi libérés et projetés en avant. Une vague de submersion de plusieurs mètres de haut déferlerait alors dans la plaine de l’Ain puis dans la vallée du Rhône et frapperait sur son passage les 14 réacteurs nucléaires implantés tout au long. Ce scénario catastrophe n'est pas une simulation : un document interne d'EDF révèle une sous-estimation volontaire de ... 85 millions de m3 d’eau afin de ne pas alerter le petit peuple ni les antinucléaires! Et prétendre que la situation est maîtrisée...

Lire la suite...

samedi 1 mars 2014

Berezina nucléaire française en Finlande

EPR-finlande-dome.jpgCommencé en 2005 le chantier de l'EPR finlandais, situé à Olkiluoto et conduit par Areva, devait ne durer que 4 ans et demi  et "ne coûter" que 3,5 milliards d'euros. On en est à 8 ans et près de 10 milliards. Le quotidien économique finlandais Kauppalehti vient de confirmer (*) ce vendredi 28 février 2014 les informations qui circulaient depuis quelques temps : le constructeur du réacteur, le français Areva, vient de mettre un terme aux contrats de travail d'une cinquantaine de contremaîtres, les derniers encore en poste devant suivre la même voie fin mars. Le chantier de l'EPR d'EDF en cours de réalisation en France à Flamanville ne se porte pas mieux. La déconfiture du fanatisme atomiste est en cours...

Lire la suite...