|

Mot-clé - fascisme

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 5 juin 2020

Pas de JO ni à Tokyo en 2021 ni à Paris en 2024

2017_Non-aux-JO-Tokyo.jpgLa tenue des Jeux Olympiques au Japon en 2021 et à Paris en 2024 est une insulte aux peuples victimes des contaminations radioactives perpétrées par les nucléocrates, des expulsions et de la répression exercée sur les habitants des quartiers pauvres. Un peu partout dans le monde, et en France, des collectifs de résistance se constituent pour faire échec à la tenue des J.O alors que la crise sociale, sanitaire et économique frappe de plein fouet les populations. Il est temps que ce vieux monde de compétition et de prédation disparaisse. Nous ne pouvons pas prétendre entrer dans le monde d’après en poursuivant les errements du monde d’avant.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

dimanche 4 novembre 2018

Rencontre radiophonique avec Médiapart et la CAN-SE sur Radio Zinzine : répression et résistance

2018-11-02_Radio-Zinzine_Mic_Regie.jpgVendredi 3 novembre, la radio autogérée et indépendante "Zinzine" (1) organisait une table-ronde suivie d'une émission avec la journaliste Jade Lindgaard de Médiapart et des antinucléaires du sud-est. Au menu : la répression étatique contre les résistants à la poubelle nucléaire de Bure et les nécessaires solidarités à mettre en place, l'état du rapport de force avec le lobby de la destruction atomique, la "fascisation" rampante de la société,... Urgence.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

lundi 23 septembre 2013

Fascisme ordinaire au Tricastin : cet homme est dangereux

De-Agostini_Areva_Tricastin.jpgIl s'appelle De Agostini Fréderic et règne en maître sur le site nucléaire d'Areva au Tricastin. Il en est Directeur-Général et se pense au-dessus de l'humanité et de ces insignifiants travailleurs et citoyens-militants. Alors, dans son arrière cuisine mentale, le diable se lâche pulsionnellement et n'hésite pas à sortir ses crocs. C'est que la bête immonde n'est pas morte. Dans un courriel qui aurait du demeurer secret le Directeur veut bouffer du militant et souhaite que ses équipes "sécurité" le sachent : "Nous sommes dans une guerre médiatique que nous devons gagner... et comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, je souhaite une photo d'un militant au sol, un chien sur lui...(avec) utilisation des mêmes méthodes dans la guerre de l'image". L'expression du fascisme ordinaire.

Lire la suite...

Partagez ! Partage