|

jeudi 9 juillet 2020

La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée

EPR-Flamanville.jpgLa Cour des comptes, en ce début juillet 2020, livre un rapport sévère et juste de l'échec opérationnel et financier du réacteur atomique EPR toujours en construction à Flamanville (Manche). Tout comme l'inutilité de poursuivre le programme de "grand carénage" des vieux réacteurs nucléaires délabrés. Sont mis en cause le processus, les méthodes, les financements et même les capacités techniques de la filière nucléaire et de EDF. Une dérive orchestrée par les premiers de cordée sortis de l'Ecole militaire Polytechnique et de l'Ecole des Mines formant la technostructure décisionnaire de la politique énergétique et militaire française. Des super-diplômés qui se sont affranchis allègrement de toute responsabilité, de l'intérêt commun, ont plongé copieusement la main dans les finances publiques du pays pour financer leur délires fous. Avec l'aval des représentants officiels de l'Etat sortis de l'ENA et de Sciences Po et en échappant à toute sanction ou poursuite judiciaire réelle. Une caste qui a pris le pouvoir et fait sécession du reste du pays.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mercredi 29 avril 2020

EDF : Tous les feux sont à l'orange, voire au rouge. Fin 2019 la dette nette d'EDF s'établissait à 41,1 milliards d'euros!

courbe_non-rentabilte_energie-nucleaire.jpgL'Etat (et donc les contribuables) va-t-il encore renflouer EDF d'ici la fin de l'année pour lui éviter la faillite ? Après lui avoir déjà octroyé 3 milliards en 2017 (et aussi 7 milliards à Orano-Areva) la situation financière du nucléariste est telle que c'est la bérézina. Fin 2019, sa dette nette s'établissait à 41,1 milliards d'euros et augmentera encore de 10,6 milliards d'euros d'ici 2022. Son ratio dette nette sur Ebitda prévu à 2,46 pourrait grimper à 3,3 en 2020 et même 3,2 en 2021, bien au-delà des objectifs de 2,6 et 2,7 annoncés. Les agences de notation se préparent à dégrader l'électricien. Une nouvelle augmentation de capital de 4 milliards d'euros serait nécessaire. Le nucléaire coûte "un pognon de dingue".

Lire la suite...

Partagez ! Partage

lundi 22 avril 2019

Dépeçage de EDF et fuite en avant nucléariste

EDF-RESULTS/Depuis des mois, l'Etat, la Commission Européenne, la Direction de EDF s'agitent pour dépecer l'électricien. Objectif : accroître la main mise des actionnaires privés sur l'énergie et l'électricité, déposséder les français de leur capacité à décider, prolonger le nucléaire et le crime atomique. Avec 33 milliards d'Euros de dette, 2 millions de tonnes de déchets radioactifs générés par la filière nucléaire, une relance des programmes militaires atomiques : ce qui est programmé est une faillite certaine, une fuite en avant, l'hypothèque de l'avenir du pays et de ses habitants, l'impossibilité d'une transition énergétique. Honte à eux.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 15 mai 2018

EDF : le roi de l'intox, des vessies pour des lanternes

EDF-RESULTS/L’Assemblée générale d’EDF de ce 15 mai 2018 est un florilège d'intoxications et de mensonges, histoire de tenter de faire prendre des vessies pour des lanternes; au petit peuple comme aux investisseurs. Alors que l'entreprise accumule une dette brute de 67 milliards d’euros et un "free cash flow" négatif pour la 11ème année consécutive, que le fiasco technique et financier de son projet EPR plombe internationalement sa crédibilité, que l'entreprise a été éjectée du CAC40 et vu ses actions chuter au plus bas, son PDG en poste actuellement, le polytechnicien Bernard Lévy, promet "transition énergétique, investissements faramineux, prolongation des vieilles casseroles atomiques, développement à l'international". Délires. Un bis-repetita à la sauce Areva-Orano.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

lundi 30 avril 2018

Eurostat épingle les 4 milliards 800 millions de fonds publics apportés par l'Etat à Areva-Orano pour masquer sa faillite

eurostat.jpgEurostat, l'office des statistiques de l'Union européenne, estime que les milliards d'euros injectés par l'Etat français dans Areva-Orano pour sauver l'atomiste et reporter la charge de la faillite sur le dos des contribuables auraient dû être comptabilisés dans le déficit public 2017 de la France. Et non pas déguisés et masqués sous d'autres habits.

Lire la suite...

Partagez ! Partage