|

dimanche 4 octobre 2020

EDF plonge à la Bourse de Paris

Partagez ! Partage

centrale-nucleaire-tour-refroidissement.jpgSur-endetté, impliqué dans des projets de construction de réacteurs non-rentables et dangereux et cumulant des dizaines d'années de retard, subissant une baisse de production d'électricité nucléaire de près de 18% sur un an, EDF qui a lancé sur les marchés spéculatifs une émission d'obligations convertibles pour un montant de 2,4 milliards d’euros, plonge en Bourse. Bien que conseillé par BNP Paribas, les actions de l'électricien perdent 8%, à 8,14 euros alors qu'elles en valaient  83 € en novembre 2007. Le gouvernement qui fait des pieds et des mains à Bruxelles pour que l’Europe classe le nucléaire comme... énergie verte fonce dans le mur avec un entêtement relevant d'un mysticisme suicidaire.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 7 novembre 2017

EDF : après le fiasco Areva, l'électricien atomiste est à son tour dans la tourmente

Partagez ! Partage

logo-2-edf.jpgAprès son éviction du CAC40 en décembre 2015, EDF est de plus en plus ébranlé par ses projets délirants de EPR à Flamanville et en Angleterre et l'état grabataire de ses réacteurs atomiques. Sans un abandon immédiat du nucléaire et un repositionnement stratégique technologique les analystes financiers ne donnent pas cher de sa peau. Malgré son renflouement à coups de milliards d'euros par le gouvernement.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

jeudi 1 janvier 2015

Réjouissant : Areva s'effondre financièrement en France et dans le monde à -52,03 % fin 2014. C'est la chute finale...

Partagez ! Partage

2014_Areva_chute-cours-boursier.jpgAreva (groupe nucléaire public-privé) s'effondre et finit son année boursière en chute de -52,03% (le cours de l'action n'est plus qu'à 9,12 euros fin 2014). C'est le résultat de difficultés financières nées de gabegie et d'acquisitions-spéculations hasardeuses, de fiascos techniques à répétition (EPR Finlandais, EPR de Flamanville notamment), de la régression du marché de la destruction atomique avec aussi l'arrêt du "marché japonais" depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima. Toute la presse économique et financière s'inquiète, et l'Etat avec elle, de ce "grand bond en arrière". Pour les citoyens qui luttent contre les passéistes de l'atome, c'est une bonne nouvelle qui devrait conduire à l'abandon immédiat de cette aberration criminelle.

Lire la suite...

Partagez ! Partage