|

Mot-clé - analyse

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 18 avril 2021

USA : du miel contaminé par les retombées des essais nucléaires effectués... lors de la guerre froide

Partagez ! Partage

miel-Virginie_abeille.jpgLe miel d’une grande partie de l’est des États-Unis est contaminé au césium 137 radioactif issu des nombreux essais nucléaires effectués sur le sol états-unien pendant la guerre froide . C'est ce que révèle  le site scientifique "ScienceAlert" qui publie les résultats d'une étude conduite par le géologue Jim Kaste du College of William & Mary, à Williamsburg (Virginie) et son équipe sur les aliments tels les noix ou les fruits. 68 échantillons des 122 mesurés sont contaminés. Problème sanitaire mais aussi scientifique lorsque l'on sait que le césium 137 a une durée de radiations d'environ 30 ans alors que ces essais ont eu lieu il y a une soixantaine d'années.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 17 septembre 2013

Alerte : fuite radioactive de tritium sous la centrale du Tricastin. Le CAN84 exige de l’ASN l’ordre d’arrêt immédiat de la centrale EDF.

Partagez ! Partage

Ce n’est que le 6 août 2013 qu’EDF a déclaré à l’ASN une évolution anormale de tritium radioactif sous les réacteurs nucléaires n°2 et n°3 de la centrale nucléaire du Tricastin. L’inspection conduite le 28 août révèle que ces niveaux anormaux de radioactivité sont constatés en fait depuis le mois de juillet 2013. Tout comme à Fukushima, l’eau radioactive est pompée et stockée dans des cuves puis rejetée vers le Rhône et la méditerranée. Le Collectif antinucléaire de Vaucluse exige de l’Autorité de Sûreté Nucléaire l’ordre de mise à l’arrêt immédiat de la centrale nucléaire du Tricastin.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 27 septembre 2011

Centraco : le CAN84 s'adresse au Président de l'ASN

Partagez ! Partage

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse et des antinucléaires du Gard viennent ce 24 septembre d'interpeller directement le Président de l'Autorité de Sureté Nucléaire. Ils lui demandent de communiquer la réalité de la Centraco et de ce qui s'est passé ce 12 septembre. Trop de zones d'ombres, trop d'incohérences, trop d'incertitudes et trop de silences. La population et les salariés ont droit de savoir. C'est aussi une obligation légale et règlementaire. Le Collectif antinucléaire attend des réponses précises qu'il rendra publique.

Lire la suite...

Partagez ! Partage