Entre 80 et 120 microsieverts de radioactivité par heure dans un buisson près de la gare de Koriyama à Fukushima, 2600 becquerels par litre de tritium dans de l'eau pulvérisée dans l'enceinte de la centrale, 27.100 térabecquerels de césium-137 dans l'océan pacifique soit 20 fois l'estimation de l'exploitant nucléaire, eau/côte/poissons/produits de la mer contaminés durablement, radioactivité continuant à s'échapper du site accidenté estimée à 100 millions de Becquerel (MBq/h) par heure selon l'exploitant Tepco : le monde entier est confronté avec le nucléaire à une catastrophe sanitaire,  humanitaire, sociale, écologique, agricole, économique sans issue.