|

Mot-clé - Ligue des Droits de l Homme

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 13 novembre 2021

Le CAN84 dans les luttes sociétales pour la dignité humaine

Partagez ! Partage

fusilles-pour-l-explre_14-18.jpgCe samedi 13 novembre 2021 des antinucléaires du CAN84 ont participé à plusieurs initiatives aux côtés d'autres forces citoyennes ou organisées : Hommage aux fusillés pour l'exemple de la guerre 14/18 en matinée et, dans l'après midi, au rassemblement contre le passe social dit sanitaire et pour la défense des libertés.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

samedi 13 juillet 2019

La Ligue des Droits de l'Homme dénonce la tentative d'Areva-Orano d'interdire les activités de Greenpeace

Partagez ! Partage

logo-LDH.pngAreva-Orano, contrôlé par l'Etat, poursuit ses atteintes à la liberté d'expression et aux actions citoyennes. Après le procès perdu contre la Coordination antinucléaire du sud-est et qui a duré près de quatre années et pourri la vie de dizaines de personnes, le nucléariste s'en prend à l'organisation Greenpeace qu'il assigne en justice pour lui interdire d'approcher à moins de 100 mètres des convois de transport des déchets nucléaires avec une astreinte de 75 000 euros par infraction et par personne liée ou se réclamant de l'association. Si le tribunal suit l'exigence de Areva, c'est à une interdiction générale dans le temps et politique qui frapperait l'organisation. Une première depuis la période pétainiste.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

samedi 13 avril 2019

Avignon : un rassemblement pour l’abrogation de la loi liberticide faussement nommée « anti-casseurs »

Partagez ! Partage

2019-04-13_abrogation-loi-repression-manifestants_Avignon_LDH_CAN84_02.jpgSamedi 13 avril 2019 à partir de 11h, près de 300 personnes se sont rassemblées devant la Préfecture de Vaucluse à l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme pour défendre la liberté de manifester et exiger l'abrogation de loi dite « anti-casseur » votée par le parlement 12 mars et partiellement censurée le 4 avril 2019 par le Conseil Constitutionnel. La Coordination antinucléaire du sud-est et le CAN84, victimes pendant trois ans du harcèlement judiciaire nucléo-étatique, étaient présents.

Lire la suite...

Partagez ! Partage