|

Mot-clé - Kazakhstan

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 1 mars 2021

Après avoir contaminé le Niger, le Kazakhstan, la Mongolie, le Canada et la France : Orano-Areva veut pourrir le Groenland

Partagez ! Partage

2021-02-28_Groeland_80pourcent-de-calotte-glaciaire.jpgOrano-Areva se frotte les mains car le nucléariste vient de décrocher de la part du gouvernement du Groenland deux permis d’exploration minière pour des gisements d’uranium. Plus de 3.500 kilomètres carrés vont ainsi être livrés aux appétits financiers et à la destruction écologique. 141 associations environnementales viennent d'interpeller  le gouvernement danois pour qu'il décrète un moratoire sur les activités minières au Groenland et qu'il protège cette île à l’écosystème fragile. Un autre site du sud du Groenland, Kujataa, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est également menacé.

Lire la suite...

Partagez ! Partage

mardi 3 décembre 2019

Orano/Areva va raser une forêt protégée pour exploiter une mine d’uranium au Kazakhstan

Partagez ! Partage

2019-07-31_Bruno-Le-Maire_ministre-français-Economie-Finances_Askar Mamine-Premier-ministre-kazakh.jpgOn en apprend plus sur les raisons obscures de la visite de Bruno Le Maire à Nur-Sultan au Kazakhstan le 30 juillet dernier. Le ministre français des Finances y était en service commandé pour le compte d'Orano/Areva. A l'issue de sa visite, le pouvoir Kazakh autorise par décret au bénéfice de la joint-venture KATCO (51% Orano/Areva)  la destruction d'une forêt protégée endémique menacée de "saxaoul" qui faisait l’objet d’une interdiction de coupe sur 366 hectares pour y permettre l’exploitation d'uranium nécessaire aux réacteurs nucléaires français et à la bombe atomique tricolore. Une destruction de l'environnement et des espèces protégées moyennant quelles contre-parties?

Lire la suite...

Partagez ! Partage

dimanche 29 juillet 2018

Vampirisme : après avoir tout bousillé les pro-nucléaires s'en prennent maintenant aux océans

Partagez ! Partage

2018-07-29_Uranium_vague.jpgIls trépignent d'impatience. Quel partie de notre petite Terre pourrait encore bien être détruite, exploitée, mutilée, contaminée ? Face au tarissement des ressources terrestres d'uranium, des scientifiques états-uniens lorgnent à présent vers les mers et océans pour exploiter quelques grammes de métal radioactif. Leur fanatisme le dispute à l'inacceptable.

Lire la suite...

Partagez ! Partage