Le fonctionnement des centrales électro-nucléaires et le cycle du combustible provoque des rejets radioactifs tandis qu'au coeur même des réacteurs nucléaires, le tritium est produit en permanence. La radiotoxicité du tritium apparaît aujourd'hui avoir été largement sous-évaluée. Or peu de travaux existent sur les effets à long terme, notamment génétiques, de la contamination par ce radio-élément. Les quantités de tritium produites par les centrales nucléaires sont extrêmement élevées de l'ordre de 8 .1011 becquerels par Mégawatt électrique produit. Le tritium étant un isotope de l'hydrogène, constituant de base de la molécule d'eau et de tous les êtres vivants, il diffuse très rapidement dans l'environnement où il est aisément assimilé par les organismes vivants.