Les autorités britanniques viennent de décider, après la Belgique, de fermer l'usine de fabrication de Mox de Sellafield (nord-ouest), ce terrifiant combustible nucléaire fabriqué à partir de plutonium (environ 7 % ) et d'uranium prétendu "appauvri" (93 %) dont la catastrophe de Fukushima révèle avec horreur le crime pour des milliers d'années de contamination des humains et des territoires. Le MOX est 5 à 7 fois plus radioactif et radiotoxique que le combustible nucléaire "classique" à base d'uranium enrichi. Il augmente considérablement le risque de prolifération nucléaire que l'occident encourage en sous-main. Marcoule, dans le Gard, restera-t-il le dernier site au monde à fabriquer ce que tous les autres ne veulent plus faire?