|

Mot-clé - Fukushima-Daïchi

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 2 mars 2019

Catastrophe nucléaire au Japon : 8 ans après c'est toujours l'Etat d'urgence

2011-010-31_Fukushima-Nuclear-Plant.jpgDepuis le 11 mars 2011 et la catastrophe atomique de Fukushima qui se poursuit, le Japon est sous l'Etat d'Urgence. La vie "démocratique" est suspendue mais tout est fait pour que le business continue alors que la radioactivité n'est toujours pas confinée. Prêtant son infâme concours à l'opération d'occultation et d'omerta le Comité International Olympique va organiser à Tokyo les prochains jeux olympiques n'hésitant pas à vouloir sacrifier les athlètes et le public international sur l'autel de la destruction atomique. Les lobbys atomistes japonais et français travaillent de conserve pour accréditer le mythe de la sécurité face à la radioactivité et prévoient un  prochain séjour de lycéens à Fukushima. A ce jour : les terres contaminées sont stockées dans 16 millions 50 000 sacs répartis dans 1100 dépôts temporaires et 137 000 dépôts sur sites, les eaux contaminées dépassent aujourd'hui1000 billions de Bq radioactifs de tritium, césium 137, césium 134 et strontium, et représentent 1 120 000 tonnes stockées dans 1000 réservoirs. A l'hôpital municipal de Minami-Soma (non loin de Fukushima), le nombre des cas de cancers de la thyroïde est 29 fois supérieur au niveau d'avant l'accident, les cas de leucémie 10,8 fois, de cancers du poumon 4,2 fois, de cancers d'enfants 4 fois, de pneumonie 3,98 fois. Mais le gouvernement vient d'autoriser la réutilisation des déchets radioactifs de moins de 8000 Bq/kg ! et voudrait supprimer les indicateurs publics rendant compte de la contamination. La population résiste aux criminels de l'atome.

Lire la suite...

jeudi 28 juin 2018

Japon-France : un journaliste japonais démontre les similitudes mensongères du lobby nucléaire entre les deux pays et alerte la population française

kobaya.pngKolin Kobayashi, journaliste japonais correspondant du "Days Japan" et basé à Paris, est venu à plusieurs reprises dans le sud-est de la France, notamment à Avignon pour enquêter sur les raisons de la lutte des militants antinucléaires du CAN84. D'autres journalistes japonais du "Asahi Shimbum" ont pu découvrir, dès le lendemain de la catastrophe atomique de Fukushima-Daïchi de mars 2011,  et pilotés sur place par nos compagnons Jean et Victor, le site nucléaire du Tricastin. Les japonais alertent les français : "vous allez subir la même catastrophe atomique et vos dirigeants vous mentiront pareillement, réagissez, évitez l'horreur, arrêtez le nucléaire immédiatement".

Lire la suite...

dimanche 14 janvier 2018

Depuis la catastrophe nucléaire : près de 50% des enfants de la région de Fukushima sont atteints de kystes, nodules et cancers de la thyroïde

thyroide_enfant_Fukushima_radioactivite.jpgLe "Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism" révèle que 145000 des 295 000 jeunes de moins de 18 ans auscultés à Fukushima présentent des déficits thyroïdiens et des risques de cancer de la thyroïde. Soit 49 % ! Ce sont les résultats de l'examen échographique thyroïdien dans les trois ans après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. L'enquête sur la santé à Fukushima (Fukushima Health Management FHMS) atteste de l'horreur nucléaire.

Lire la suite...

mercredi 2 novembre 2016

Catastrophes nucléaires de Fukushima : près de 880 tonnes de corium extrêmement radioactifs dans les réacteurs 1, 2 et 3 ?

JAPAN-QUAKE-DISASTER-ANNIVERSARYSelon une étude récente de "International Research Institute for Nuclear Decommissioning" les coriums des réacteurs atomiques explosés de Fukushima-Daïchi sont de 2,5 à 4 fois plus massiques que les produits de fission initiaux mortels. De faux certificats de formation des travailleurs ont été également mis à jour, le coût financier du démantèlement est revu à la hausse : 57 milliards d'euros ont déjà été dépensés, la durée prévisionnelle du démantèlement dépasse 2 générations, le nombre de malades et les morts augmentent.

Lire la suite...

jeudi 10 septembre 2015

Fukushima : le tonneau des danaïdes, rien n'est réglé et le crime nucléaire empire

Japon_enfants_dosimetres.jpgCe ne sont pas les antinucléaires conséquents qui le disent mais le très officiel Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) français : à Fukushima "compte tenu des dégradations très importantes subies par les barrières de confinement des matières radioactives, des rejets diffus se poursuivent toujours dans l’atmosphère, de même que dans le sol et donc les eaux souterraines." Malgré les moyens colossaux déployés par l'exploitant nucléariste depuis 4 ans, la catastrophe nucléaire sanitaire et environnementale porte atteinte à la survie de la planète. Sans espoir ni certitude de retour à la "normale". Ou l'on apprend aussi qu'ils ont utilisé de simples batteries de bus et de voitures pour parer à la catastrophe nucléaire. Puis des batteries de voitures personnelles ! Et que les autorités ont trafiqué les normes de sécurité pour envoyer au casse-pipe les travailleurs.

Lire la suite...

jeudi 3 septembre 2015

Japon : un stock de plutonium suffisant pour la bombe atomique. Le double-jeu des USA et de... Areva

japon-drapeau-japon-1-img.jpgLe Japon a accumulé suffisamment de plutonium grâce à ses centrales nucléaires (avant leur arrêt post-Fukushima) pour fabriquer des bombes atomiques. Le gouvernement nippon à fait voter d'ailleurs en ce sens le 20 juin 2012 un amendement à la "Loi fondamentale sur l’énergie atomique" qui lui ouvre potentiellement la voie vers l'arme nucléaire. La "communauté internationale" s'en inquiète alors que certains - dont les USA et Areva/CEA - lorgnent avec envie sur la valeur marchande et géo-stratégique de ce stock...

Lire la suite...