areva_uranium-travailleur-africain.jpgDepuis près d’un demi-siècle, la politique énergétique de la France est soumise à la destruction atomique - issue directement de la filière de la bombe atomique - et la production d’électricité d’origine nucléaire : cinquante-huit réacteurs nucléaires répartis un peu partout en France dans dix-neuf centrales produisent 75% de la production d’électricité du pays. Au détriment du développement de toutes les autres sources d'énergie (géothermie, biomasse, hydraulique, houlomotrice, hydrolienne, solaire, petit-éolien, gaz, co-génération,...) et en portant atteinte à la santé des populations tout en contaminant les territoires et la chaîne alimentaire. Un document officiel tente à présent un tour de passe-passe et une grossière manipulation technique et idéologique : le mot "uranium" disparaît du "Bilan énergétique de la France pour 2011" (publié en juillet 2012) .