.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 18 mai 2013

Vice caché du bilan énergétique français : l'uranium disparaît des documents officiels !

areva_uranium-travailleur-africain.jpgDepuis près d’un demi-siècle, la politique énergétique de la France est soumise à la destruction atomique - issue directement de la filière de la bombe atomique - et la production d’électricité d’origine nucléaire : cinquante-huit réacteurs nucléaires répartis un peu partout en France dans dix-neuf centrales produisent 75% de la production d’électricité du pays. Au détriment du développement de toutes les autres sources d'énergie (géothermie, biomasse, hydraulique, houlomotrice, hydrolienne, solaire, petit-éolien, gaz, co-génération,...) et en portant atteinte à la santé des populations tout en contaminant les territoires et la chaîne alimentaire. Un document officiel tente à présent un tour de passe-passe et une grossière manipulation technique et idéologique : le mot "uranium" disparaît du "Bilan énergétique de la France pour 2011" (publié en juillet 2012) .

Lire la suite...

lundi 23 avril 2012

Mauvaise foi et mensonge scientifiques instaurés en système : l'exemple de la "conférence" du 12 avril 2012 à Marcoule

champignon_atomique.jpgCe billet réagit, analyse et commente la conférence organisée le 12 avril 2012, à l'Institut de Chimie Séparative de  Marcoule (ICSM), par Jacques Foos, titulaire pendant 25 ans de la chaire de sciences nucléaires du Conservatoire National des Arts et Métiers et Yves de Saint Jacob, ancien rédacteur en chef de l'Agence France-Presse, sur le thème : " Peut-on sortir du nucléaire ? " La réponse a été évidente et attendue : NON, bien sûr.

Lire la suite...

samedi 9 juillet 2011

Accélération : nouveau rassemblement antinucléaire sur Avignon

Près de 200 personnes se sont rassemblées place de l'Horloge à Avignon ce samedi 9 juillet 2011 pour exiger la sortie du nucléaire et dénoncer la barbarie de la destruction atomique. Parmi les prises de parole, Isabelle Taitt du Collectif antinucléaire 13, a notamment dénoncé vigoureusement le double-langage d'élus se présentant comme antinucléaires mais qui ont proposé le triste compromis "1 euro pour Iter, un euro pour les renouvelables"; Jean Revest, du Collectif antinucléaire de Vaucluse a rappelé les massacres atomiques des catastrophes nucléaires civiles de Tchernobyl (950 000 victimes) et Fukushima, toujours en cours, et dont l'évolution devient jour après jours de plus en plus sinistre et sordide.

Lire la suite...

dimanche 19 juin 2011

Les propos d'un repenti du nucléaire : "Il y a une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en France"

Il est des leurs. Enfin, il était des leurs. Polytechnicien, physicien nucléaire, Bernard Laponche a participé, dans les années 1960, au sein du Commissariat à l'énergie atomique, à l'élaboration des premières centrales françaises. Il est formel : la France est dans l'erreur. Avec le nucléaire, elle s'obstine à privilégier une énergie non seulement dangereuse mais obsolète. Puisque le point de départ, c'est la création de produits radioactifs en grande quantité, la catastrophe est intrinsèque à la technique. Le réacteur fabrique les moyens de sa propre destruction. Energie du passé, sans innovation possible, le nucléaire ne représente pas seulement une menace terrifiante, pour nous et pour les générations qui suivront ; il condamne notre pays à rater le train de l'indispensable révolution énergétique.

Lire la suite...

mardi 29 mars 2011

Non, la France n'a absolument pas "l'électricité la moins chère d'Europe"

En ces temps de catastrophe nucléaire au Japon, les promoteurs de l'atome ne cessent de répéter que, "grâce au nucléaire", la France bénéficierait des tarifs d'électricité "les plus bas d'Europe", voire du monde ! D'abord, on ne voit pas en quoi cela justifierait de vivre avec la perspective d'une catastrophe similaire ou pire que celle en cours à Fukushima. Mais, surtout, cette affirmation est totalement fausse.

Lire la suite...

A voir

2014-05-07_CAN84_Viva-la-Francia