__

Un second cadre de la centrale nucléaire EDF du Tricastin dénonce la dissimulation d’incidents nucléaires de la part de la Direction de la centrale. Victor (un pseudonyme choisi pour préserver son anonymat)  rejoint le premier cadre "Hugo" qui avait dénoncé des faits similaires et d'autres malversations qui ont conduit le parquet judiciaire de Marseille à ouvrir une enquête avec pas moins de douze chefs retenus, dont « non-déclaration d’incident ou d’accident » et « mise en danger d’autrui » suite à sa plainte du 5 octobre 2021.
 
"Victor" qui a 51 ans et est ingénieur au service d’inspection internet d’EDF depuis 2015 va, à son tour, se constituer partie civile dans cette enquête. Aujourd’hui victime de « harcèlement moral ... à la demande expresse de la direction de la centrale » Victor est en arrêt maladie et déclare qu'« il apparaît de manière incontestable que les responsables » de la centrale nucléaire du Tricastin ont, (au moins) en juillet 2018, « tout fait pour faire obstacle au travail d’inspection » de son service et de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).

"Victor" rejoint aussi Leila, l'hôtesse d’accueil sur le site nucléaire du Tricastin, licenciée soit-disant pour faute grave après avoir dénoncé des manquements sérieux dans la sécurité du site et dont le tribunal administratif a fin mars 2022 cassé la procédure contre elle après trois années de lutte.

Très prude et méprisant pour ses salarié-es, EDF dément évidemment les accusations d'une stratégie de dissimulation des incidents nucléaires et de non-respect généralisé des procédures tout comme l’existence d’intimidations envers la filière indépendante de sûreté. Mafia et lâcheté vont souvent de paire.

Vous souhaitez nous transmettre des informations ? nous nous engageons à préserver votre anonymat. Que les bouches s'ouvrent, que la peur change de camp : contacts@coordination-antinucleaire-sudest.net

__
voir notamment sur ce sujet :
. La centrale nucléaire EDF du Tricastin est une véritable pétaudière où tous les coups sont permis. Une nouvelle plainte contre le nucléariste est déposé pour harcèlement moral (30 mai 2022)
. Tricastin : un cadre de la centrale nucléaire dénonce une « politique de dissimulation » d’incidents de sûreté (12 novembre 2021)
. Centrale nucléaire EDF de Tricastin : une information judiciaire ouverte pour « non-déclaration d'incident et d'accident», « mise en danger d'autrui » et « faux et usage de faux » (9 juin 2022)
. Tricastin : licenciée pour avoir alerté sur des dysfonctionnements dans la sécurité du site (11 mai 2022)