__

C'est une question de principe et éthique pour les antinucléaires du CAN84. Agissant sur le terrain face aux autorités et oppresseurs nucléaristes, les personnes impliquées dans le Collectif Antinucléaire de Vaucluse connaissent dans leur chaire ce qu'est la discrimination, la relégation, le harcèlement, l'excès de pouvoir des puissants, la violence d'Etat, les interventions policières et judiciaires, les procès, les atteintes à leurs libertés de mouvements et de déplacements, les attitudes dilatoires pour limiter leur expression, le mépris et les provocations à leur encontre.

Les lois liberticides élaborées par le pouvoir étatique aux mains des puissances d'argent et des lobbies depuis des décennies instaurent jour après jour une couche supplémentaire dans la restriction des droits fondamentaux et libertés. Loin d'élargir ces droits comme le voudrait l'évolution humaine et sociétale, comme le pousse la conscience et l'émancipation indispensables, cette 12ème loi liberticide sous couvert de situation virale due aux recherches en géotechniques de guerre bactériologique, veut en faire porter la responsabilité sur les victimes et le peuple, en divisant celui-ci en fonction de critères favorables aux lobbies. Depuis fin 2019 le pouvoir macroniste applique la doctrine nucléariste "Codirpa" de gestion des populations en situation de crise.

Après avoir annoncé la relance du nucléaire en France, son accord avec les exigences du lobby nucléaire tricolore et sa volonté d'implanter de nouveaux réacteurs atomiques de toutes sortes (EPR, SMR) sur le territoire, le président de la République s'est autorisé à tenir des propos ségrégationnistes, méprisants, diviseurs à l'encontre des personnes refusant leur inoculation par des produits géniques expérimentaux affirmant qu'il voulait les "emmerder... jusqu'au bout".

Rappelons que parmi les contributions toxicologiques affaiblissant le système immunitaire la radioactivité artificielle (qui a doublé sur Terre depuis 1945 et la dispersion à grande échelle des premiers radio-contaminants délétères et mortels) provoque une destruction lente, progressive ou rapide des organes et tissus du corps humains et de la capacité naturelle à faire face aux agressions virales et bactériennes.

Comme un peu partout en France, ce samedi 8 janvier 2022 à Avignon (Vaucluse) des "vacciné-es" et des "non-piqué-es" sont descendus dans la rue pour protester contre les propos indignes d'un président républicain, contre la ségrégation sociale et les lois liberticides, contre un passe-vaccinal d'atteinte aux libertés fondamentales.  Ils étaient près de 3000 dans les rues de la cité des Papes et parmi eux des antinucléaires du CAN84, des écologistes de PEPS84, des "politiques" du¨PG, de LFI et de EELV84. Si des syndiqué-es de différents secteurs d'activités étaient présent-es à titre individuel  - dont certain-es de la CNR et EDF - regrettons l'absence des organisations syndicales en tant que telles qui semblent avoir beaucoup de mal à saisir un mouvement sociétal de résistance auto-organisée.



https://youtu.be/2XvTogxahJ0

__
la presse en parle : https://www.ledauphine.com/societe/2022/01/09/eliminez-le-virus-o-macron-a-avignon-anti-pass-et-anti-vax-plus-nombreux-et-plus-incisifs