__
 
La proposition de texte, encore provisoire, semble fixer quelques conditions notamment une limitation dans le temps des projets nucléaires pouvant bénéficier d’un accès à des financements avantageux mais c'est un écran de fumée :

. les projets de construction de nouvelles centrales atomiques pourront avoir obtenu un permis de construire jusqu'en 2045 soit 23 années de possibilités offertes au lobby nucléaire pour manoeuvrer et imposer au pays des implantations de nouveaux réacteurs de destruction de l'atome; 

. les travaux permettant de prolonger la durée de vie des centrales existantes pourront être autorisés jusqu'en 2040 soit encore 28 années.

Des garanties en matière de traitement des déchets et de démantèlement des installations nucléaires en fin de vie seraient exigées mais sans imposer le renoncement à polluer la terre et à menacer les populations par l'enfouissement des déchets radioactifs mortels.
 
Cette proposition de texte, dictée à n’en pas douter par le lobby nucléaire européen et par le gouvernement français, n’est pas acceptable ni actuellement ni pour les générations futures. D'autant que l’énergie nucléaire nuit notamment considérablement à chacun des six objectifs environnementaux que l’Union Européenne s'est fixés : 

  •  Atténuation du changement climatique : les deux-tiers de l'énergie utilisée par les centrales nucléaires est rejetée dans les fleuves, les mers et l’atmosphère qu’elle réchauffe significativement.
  •  Adaptation au changement climatique : incendies, sécheresses, inondations menacent les centrales nucléaires situées en bord de mer ou de rivières pour leur refroidissement.
  • Utilisation soutenable de l’eau et des ressources marines : l’industrie nucléaire utilise d’énormes quantités d'eau qu'elle accapare, réchauffe et contamine durablement par des effluents radioactifs et chimiques.
  • Économie circulaire : la fission nucléaire de l’uranium produit des éléments radioactifs qui n’existent pas dans la nature et qui deviennent des déchets ingérables ; le nucléaire, militaire et civil, produit des catastrophes, détruit des vies humaines et de la valeur économique.
  • Prévention des pollutions : l’industrie nucléaire a besoin d’autorisations de rejets d’effluents radioactifs et chimiques, qui sont de véritables droits de polluer.
  • Écosystèmes en bonne santé : le nucléaire est un facteur de détérioration de la santé et d’altération du génome, non seulement pour les travailleurs de cette industrie mais aussi pour la population dans son ensemble et pour tous les organismes vivants.

La construction de nouveaux réacteurs atomiques et la prolongation du fonctionnement de ceux qui existent, ne sont pas acceptables pour toutes ces raisons (et d'autres telles l'exploitation colonialiste des gisements à l'étranger et les contaminations/pollutions radioactives des territoires et populations locales), pour les dangers majeurs auxquels ils soumettent les populations européennes et pour les raisons spécifiques à chaque projet spécifique.

2021-12-31_drapeau-europeen_atomisme_taxonomie-verte.jpgIls ne doivent pas être facilités par de nouveaux avantages indus liés à l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie verte européenne.
 
Il devient urgent non seulement de continuer à s’opposer fermement à ce projet et à toute politique qui, sous couvert de visée écologique, inclurait le nucléaire (3). Mais également à trouver et mettre en oeuvre des formes d'interventions qui empêchent ces mauvais coups contre le vivant.
__
1 https://www.elseurope.eu/event/europ-es-science
2 https://www.lesechos.fr/monde/europe/bruxelles-devoile-un-projet-de-label-vert-pour-le-gaz-et-le-nucleaire-1375922
3 En ce moment : pétition européenne « Sauvons la transition énergétique de l'Europe - arrêtez le greenwashing du nucléaire et du gaz ! », destinée à la Présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen  : https://chng.it/mRYYWqfYW8  et cyberaction française destinée à la Présidente de la Commission Européenne :  https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stopyalintox-halteauxfakenewsnuclyn-5019.html