__

Pas question d'accepter des médailles ni des primes si c'est pour poursuivre le vieux monde d'exploitation et de mépris. Le personnel soignant qui a été en première ligne aux côtés de la population dans la lutte contre la pandémie du covid19 redresse la tête face à l'arrogance d'un pouvoir qui ne cherche qu'à maintenir l'ordre dominant et à relancer un système à bout de souffle.

Par milliers il était dans la rue en Avignon comme un peu partout en France. Après un rassemblement devant l'ARS (Agence Régionale de Santé) de Vaucluse chargée d'orchestrer la pénurie des services de soins et de veiller à l'exploitation des salarié-es, la manifestation s'est dirigée vers la place du palais des papes. Les militants du Collectif antinucléaire de Vaucluse qui agissent tout au long de l'année pour la protection sanitaire de la population face aux agressions radioactives perpétrées par les installations mortifères du lobby nucléaire étaient au coeur de la manifestation. C'est qu'ils connaissent bien les dégâts provoqués par la technocratie sanitaire aux ordres des gouvernements successifs. Et sa complicité avec les institutions nucléocratiques. Cette ARS qui refuse toujours de mettre en place un observatoire des cancers, un registre épidémiologique qui permettrait de mesurer et révéler le nombre de victimes de la radioactivité artificielle émise quotidiennement par les installations de Orano-Areva, d'EDF et du CEA dans le département. Un des rares départements français à ne pas avoir un tel registre sanitaire et pour lequel toutes les institutions - de l'Observatoire régional de la santé au Conseil Départemental en passant par l'ASN et la Préfecture et l'ARS -  ont toujours refusé d'agir.

Face au même ennemi : même combat pour la vie et la santé, contre l'écocide du capitalocène.

https://youtu.be/DzA5RyzVI3A