__

2019-11-11_seisme_implantation-capteurs-IRSN_Tricastin.jpgl'IRSN avait et a des capteurs sismiques implantés autour du site du Tricastin dans le cadre d'une étude sur les mouvements du sol sur le long terme. Trois capteurs exactement dont deux en très grande proximité du site atomique. Ces capteurs sismiques ont enregistré localement les impacts du séisme du 11/11/2019 au Teil, notamment l’amplification du mouvement sismique à partir de l'épicentre. La ramification de la faille à l’origine du séisme est localisée à environ 12 km de la centrale nucléaire de Cruas et à une vingtaine de kilomètres de la centrale du Tricastin dans la vallée du Rhône.

Tricastin encore plus touché par le séisme du 11 novembre que Cruas

Or les mesures que vient de publier l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) ce mardi 26 novembre sur son site internet, soit 15 jours après le séisme (1) indiquent que c'est au Tricastin que les mouvements sismiques ont été " nettement plus forts et de durée plus longue que ceux mesurés pour le site rocheux, pourtant plus proche de l’épicentre du séisme". A tel point que "  les capteurs installés sur le remplissage sédimentaire ont atteint la limite de leur plage de mesure (phénomène de saturation). "

15 jours d'omerta et de mensonges à la population

2019-11-11_seisme_capteurs-IRSN-saturation_Tricastin.jpgL'IRSN a tenu secrète cette information capitale notamment pour la population et l'impérieuse nécessité de mettre à l'arrêt l'ensemble du site du Tricastin. L'institut conclu que ces mesures " confortent également les expertises de l’IRSN notamment, dans le cadre des derniers réexamens de sûreté pour les installations du site du Tricastin, concluant à la nécessité qu’EDF et ORANO évaluent les éventuels effets de site sur la base de mesures et de modélisations. "

On comprend mieux pourquoi Orano-Tricastin avait mis à l'arrêt le 11 novembre certaines de ses installations de manipulation d'uranium au Tricastin. Mais pourquoi pas toutes ? et pourquoi EDF n'en a pas fait de même alors que les 4 réacteurs nucléaires, vétustes et délabrés, sont construits sur des marnes instables et se trouvent au dessus de locaux géotechniques inondés et radioactifs ? D'autant que l'ensemble du site atomique et sa dizaine d'installations nucléaires est situé sous le niveau d'eau du canal de Donzère-Mondragon qui le borde et le surplombe. Et quid de la plus grande écluse haute de 23 mètres qui se trouve en aval du site atomique et dont les portes peuvent être dangereusement fragilisées par ce tremblement de terre.

La réponse, sordide, tient en deux termes : VD4 et Fleur

"VD4" c'est la visite décennale de prolongation possible des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans. C'est ce que veut, espère et exige EDF. Le réacteur n°1 du Tricastin est le réacteur-test au niveau national. Si il passe cette visite c'est feu vert pour les 57 autres réacteurs nucléaires implantés un peu partout en France. L'enjeu financier et de mégalomanie est immense pour l'électricien. Pas question que la population informée de la réalité se mette en travers de cet objectif.

"Fleur" c'est le doux nom donné par Orano (ex-Areva) à l'implantation d'une nouvelle installation nucléaire de retraitement de l'uranium qu'elle veut implanter sur le site du Tricastin. Une sorte de La Hague bis (Tout ce qui est dégueulasse porte un joli nom). Le nucléariste a présenté son dossier dernièrement pour avis obligatoire à l'Agence de l'Environnement. Dans celui-ci on peut y lire en toute lettre - et l'avis de l'AE reprend à son compte le mensonge - que le site nucléaire du Tricastin n'est pas sur une zone à risque! 

Il est clair que la  nucléocratie, sans opposition radicale de la population continuera sa folle course suicidaire faisant fi des habitants et des territoires. Il faut arrêter le bras de ces criminels et exiger la mise à l'arrêt immédiat de toutes les installations nucléaires du Tricastin et la fermeture définitive et inconditionnelle du site atomique. Comme de tous les sites nucléaire du pays.

__
https://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20191126_NI-Seisme-du-Teil-11112019.aspx