__

(Communiqué de Presse du 12 novembre 2019)

Il faut mettre à l'arrêt définitif les installations nucléaires

Le séisme d'intensité 5,4 sur l'échelle de Richter a frappé le sud-est du pays ce 11 novembre 2019 à 11h52 à quelques dizaines de kilomètres des sites atomiques de Cruas (Ardèche) et Tricastin (Drôme-Vaucluse).

Les 4 réacteurs nucléaires de Cruas ont du être arrêtés en urgence après que les bâtiments aient été ébranlés. C'est la moindre des décisions rationnelles adaptées. Cette centrale – la seule construite aux normes antisismiques en France – est l'une des plus ancienne dont les enceintes béton sont fissurées en plusieurs endroits. Tout au long de l'année ces 4 réacteurs ont été l'objet de défaillances à répétition et d'avaries multiples. De rejets radioactifs gazeux dans l'atmosphère et liquides dans le Rhône.

transparence.jpg.jpgLes 4 réacteurs du Tricastin sont encore plus vieux et encore plus délabrés. Ils contaminent encore plus l'environnement. Pourtant EDF et l'ASN n'ont pas pris la décision de mise à l'arrêt. Ils veulent même en prolonger leur fonctionnement dix ans de plus. C'est l'enjeu des réparations en cours sur le réacteur n°1 qui vont coûter des millions d'euros et doivent valider la poursuite du parc nucléaire vétuste sur l'ensemble du pays. Les autorités, le gouvernement,  la pseudo autorité de contrôle jouent avec la vie de la population et des territoires.

Au quotidien les installations nucléaires bénéficient d'une dérogation au droit commun et d'une autorisation permanente à polluer et contaminer. C'est inadmissible.

Ces réacteurs atomiques de Cruas (Ardèche) le long du Rhône et ceux du Tricastin et la dizaines d'installations nucléaires de Areva-Orano et du CEA sur ce site géant (le plus vaste site nucléaire d'Europe) de Vaucluse-Drôme se trouvent en dessous du niveau du canal de Donzère-Mondragon. La menace et le risque de faille dans la digue construite en 1945 dans le cadre du « Plan Marshall » et le tsunami qu'elle peut engendrer est telle que l'ASN avait ordonné en octobre 2017 la mise à l'arrêt des 4 réacteurs du Tricastin.

Pourtant ces sites atomiques sont implantés sur des failles sismiques. Aujourd'hui avec ce séisme il ne s'agit plus de raisonner comme au siècle passé, d'engloutir des milliards d'euros dans une activité périmées et criminelle, de s'entêter à poursuivre dans la voie de l'inacceptable et du risque majeur de catastrophe qui rayera de la carte non seulement la Provence mais mettra à genoux l'ensemble du pays.

Le  nucléaire hypothèque tout projet présent et d'avenir personnel et collectif. Avec l'accumulation des tonnes de déchets radioactifs qui continuent à être produits chaque jours et chaque nuit il  en va de l'avenir du pays et des générations futures. Il faut arrêter le bras des fanatiques pro-nucléaires.

La Coordination antinucléaire du sud-est appelle à opter pour la seule position et décision rationnelle et réaliste : la mise à l'arrêt immédiate et définitive de toutes les installations nucléaires de France.