_

Et ça continue ! Pro-nucléaire à tous les étages, de la cave au grenier.

La Professeure en médecine nucléaire et Présidente de l'IRSN, Dominique Le Guludec, vient d'être nommée officiellement par un décret publié ce mardi au « Journal Officiel » Présidente de la Haute autorité de santé (HAS) pour une durée de mandat jusqu'en avril 2023. Elle avait déjà eu le feu vert des parlementaires il y a quelques temps sous Hollande. Ainsi cette pro-nucléaire succède à ce poste stratégique de santé nationale à l'autre pro-nucléaire Agnès Buzyn, nommée ministre de la Santé, et elle-même ancienne présidente de l'IRSN.

Cette nouvelle nomination s'inscrit dans une logique implacable de verrouillage de la société et de l'information notamment sanitaire par le lobby nucléaire. Il est vrai que l'actuel premier ministre choisit par E.Macron, Edouard Philippe, est un ancien ponte salarié de Areva. Rappelons que l'IRSN, qui est le soit-disant expert auprès de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), est placée sous la tutelle conjointe des ministres chargés de la Défense, de l'Environnement et de l'Industrie, de la Recherche et de la Santé. Et comme les affaires de l'IRSN sont régies par un conseil d'administration composé de 24 membres très neutres : 10 représentants de l’État, 6 personnalités qualifiées co-optées et 8 élus par le personnel... la boucle est bouclée, tout est verrouillé.

Ainsi la population est assurée de ne jamais connaître la réalité des méfaits de la radioactivité dans son assiette et dans l'air qu'elle respire. Encore moins les mesures élémentaires à prendre pour tenter de s'en protéger. Mais surtout le pouvoir et le lobby nucléaire s'assurent de tout faire pour empêcher la seule réaction logique et adaptée des gens face à la nocivité des radio-contaminants : fuir et abandonner les lieux au plus vite ou/et exiger l'arrêt définitif et inconditionnel des installations nucléaires "civiles" et militaires.

Le changement dans la continuité

Le pouvoir atomiste nous refait le coup du sinistre Professeur Pellerin de 1986 : le nuage radioactif de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière. Le moyen pour que l'économie ne s'effondre pas et que le business continue à engranger des profits pour les actionnaires. Et que le PIB augmente grâce aux centaines et milliers de nouveaux malades qui accroîtront la richesse de l'industrie du médicaments et des différents services, labos et officines liés au secteur de la santé/maladie. Fusse au prix de la contamination de la population, des territoires et des terres agricoles et nourricières. Et les finances publiques s'en porteront mieux aussi avec les quelques milliers d'autres personnes dont les retraites ne seront plus à verser en totalité. Sinistre et odieux.

On laisse faire ?

Jean Revest