__

Le combat contre les armes nucléaires

La coalition "Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN)" - dont la Coordination antinucléaire du sud-est est partie-prenante - vient de se voir attribuer, ce vendredi 6 octobre 2017, le prix Nobel de la Paix pour sa lutte inlassable pour l'interdiction et l'élimination des armes nucléaires, armes de massacre et de crime contre l’humanité. Au même titre que les armes biologiques ou les mines antipersonnel qui ont déjà été interdites. L'attribution de ce prix Nobel est une victoire de la "société civile" et des ONG.

2017-07-01_Stop-the-war_Orange-Vaucluse_01.jpgL'Ican (1) qui est une coalition internationale réunit des centaines d'ONG et de collectifs en provenance d'une centaine de pays différents. Son objectif unique est l'interdiction et l'élimination des armes nucléaires de la surface du globe. Née il y a tout juste dix ans en 2007 à Vienne (Autriche) en marge d'une conférence internationale du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) l'Ican regroupe des organisations humanitaires, environnementales, pacifistes, mais aussi engagées pour le développement ou la défense des droits humains. Elle est aussi soutenue par de nombreux militants et citoyens anonymes ainsi que par des personnalités comme l'archevêque sud-africain et prix Nobel de la paix Desmond Tutu, le dalaï lama, l'artiste japonaise Yoko Ono, l'acteur Martin Sheen, le musicien de jazz Herbie Hancock.

En juillet dernier aux Nations unies, après dix années d'efforts, l'Ican a remporté une victoire importante :  122 pays ont  lancé l'idée d'un traité bannissant l'arme atomique. Boycotté par les neuf puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël, Corée du Nord) qui possèdent au total environ 15 000 armes nucléaires : ce traité n'est pas que symbolique car  déjà 50 pays l'ont signé en septembre dernier. Ce "véritable succès historique" est le point de départ d'un mouvement mondial des peuples de la planète pour faire pression sur leurs dirigeants. En effet, l'assemblée générale de l'ONU peu à présent le ratifier et, si tel est le cas, il entrera en vigueur contraignant ainsi tous les pays dont la France récalcitrante à l'appliquer.

"Le désarmement n'est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente"

Avec ce prix du comité Nobel norvégien pour la Paix, les efforts antinucléaires pour bannir la terreur atomique se voient validés internationalement au moment ou le président états-uniens Donald Trump menace de remettre en cause l'accord historique sur le nucléaire iranien de 2015 et s'est engagé dans une escalade verbale belliqueuse avec le leader nord-coréen Kim Jong-un. Leurs démonstrations de force, à grand renfort de tirs de missiles balistiques et d'essais nucléaires  démontrent que "Le désarmement n'est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente".

m51.png"Les armes nucléaires peuvent littéralement mener le monde à sa fin, estime la directrice de l'ICAN, Beatrice Fihn qui appelle chacun-e à s'engager car "le travail ne sera pas terminé tant qu'il y aura des armes nucléaires." Un combat qui est loin d'être gagné sans l'implication de chaque citoyen-ne. Jean-Marie Collin, représentant français de l'ICAN, voit dans l'attribution du prix Nobel de la paix à la coalition d'ONG une "preuve qu'il était important de sensibiliser et d'arriver à obtenir ce traité d'interdiction des armes nucléaires".

Si les stocks d'ogives nucléaires ont du diminuer en trente ans (2) sous l'effet des traités internationaux, plus de 9 000 têtes nucléaires continuent de menacer en cette année 2017, et le nombre de pays détenteurs de l'arme atomique a augmenté. Les puissances nucléaires ne sont d'ailleurs pas les seules concernées car cinq pays européens hébergent sur leur propre sol des armes nucléaires états-uniennes (3) tandis qu'une vingtaine d'autres états estiment dépendre des armes nucléaires US pour leur sécurité. Situation des plus dangereuses et augmentée avec les Etats qui possèdent des réacteurs atomiques d'électricité ou "d'études scientifiques" dont le pseudo "usage civil" couvre inéluctablement la production d'armes nucléaires.

Plus de 105 milliards de dollars dépensés chaque année par neuf pays pour leurs arsenaux nucléaires.
"Les parlementaires français ne peuvent plus ignorer le problème des armes nucléaires"

Les investissements et financements que les gouvernements consacrent aux armes nucléaires hypothèquent aussi le présent et l'avenir en détournant les fonds publics accordés à l'éducation, la sécurité sociale, l'aide aux sinistrés et d'autres services publics essentiels. Les neuf pays possédant l'arme nucléaire dépensent plus de 105 milliards de dollars chaque année pour assurer la maintenance et la modernisation de leurs arsenaux nucléaires aors que la misère et le chômage s'accroissent en proportion.

sous-marins-le-terrible.jpgJusqu'à présent, les armes nucléaires n'étaient pas reconnues comme des armes illégales : elles conservaient ce statut d'armes positives, de dissuasion, alors qu'elles font peser sur l'humanité un danger bien réel. L'Ican a réussi à faire prendre conscience à l'Onu et à l'immense majorité du monde de ce danger. C'est une première étape vers l'interdiction et l'élimination de ces armes.

 « Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord ... « Le Comité tient à souligner que les prochaines étapes vers la réalisation d’un monde sans armes nucléaires doivent impliquer les États dotés de l’arme nucléaire. Cette année, le prix de la Paix est donc également un appel lancé à ces États pour qu’ils engagent des négociations sérieuses... », a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.

Ce prix Nobel contraint moralement les parlementaires français à cesser de faire l'autruche et d'ignorer plus longtemps ce sujet en se réfugiant dernière l'équilibre de la terreur. L'ignorer serait une honte et une déclaration de guerre aux peuples épris de paix (4).

__

(1) l'ICAN est Installée dans les bâtiments du Conseil œcuménique des Eglises à Genève (Suisse) près de l'ONU, l'Ican est soutenue par des donateurs privés et des contributions d'Etats comme la Norvège, la Suisse, l'Allemagne et le Vatican ou l'Union européenne.

(2) environ 64 000 ogives nucléaires étaient comptabilisées en 1986 (Bulletin of the Atomic Scientists)

(3) accord de partage du nucléaire dans le cadre de l'Otan.

(4) Selon un sondage de l’IFOP de octobre 2015, une large majorité de Français (trois sur quatre) est favorable à la participation de la France à l’abolition des armes nucléaires