_

L’ASN est la seule instance officielle en capacité d’arrêter légalement les installations nucléaires françaises, les 58 réacteurs atomiques de France. C’est donc la cible de cette nouvelle forme d'action initiée par le MAIN (Mouvement pour l'Arrêt Immédiat du Nucléaire) dans laquelle chacun-e peut s'inscrire puisque s'effectuant à partir de chez soi par internet puis courrier postal.

Il s’agit de donner, enfin, à tous les citoyens, les moyens d’une action efficace contre la mort nucléaire. Le site organise des actions pratiques , où tout un chacun apporte sa pierre . Il suffit de s’inscrire, et de participer. Les forces contraires sont si puissantes, faire changer les choses est peut-être utopique, mais, à tout le moins, nous aurons , ainsi que tous les participants, essayé !

0_logo_pdf.png le texte de la "Mise en Demeure" adressée au Président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)

Cette opération ne coûte, pour chacun-e qu’un simple timbre poste et quelques minutes à partir de chez soi. Le site internet du MAIN organise l’opération : génération de votre lettre personnalisée pour la poste, copie aux organes de presse et aux responsables politiques par courriel

Cette web-action de "mise en demeure" est la première étape contre l'ASN pour "mise en danger délibérée de la vie d’autrui" au terme de laquelle, si cet organisme n'obtempère pas, une plainte sera déposée entre les mains des différents Procureurs de la République régionaux. Cette plainte devra être portée le moment venue par chacun-e auprès du Procureur de la République de sa circonscription judiciaire puisque la France ne dispose pas de « class action » ( action de groupe ).

Comment agir ?

1- s'inscrire sur le site du MAIN puis valider le courriel d'enregistrement reçu dans sa BAL

2- une fois connecté(e) au site du MAIN : générer sa Mise en Demeure personnalisée puis l'imprimer

3- adresser par courrier postal au Président de l'ASN sa Mise en Demeure

Au terme de 3 mois, chacun-e des "main-acteur-trice" sera à nouveau contacté-e pour lancer le "2ème étage de la fusée".

_

Le texte fondateur de la web-action

Tous les jours, le nucléaire tue : leucémies et autres cancers, maladies de vieillissement prématuré, particulièrement au voisinage des installations et sites nucléaires, conséquences sournoises des rejets de toutes les installations civiles et militaires, retombées des accidents, extraction du minerai d’uranium dans les mines, transports radioactifs par routes et par rails, multiples retombées des explosions de bombes et essais atomiques, et ce partout dans le monde.

En France, pays au monde le plus nucléarisé par habitant, nous sommes particulièrement exposés : l’accident majeur est de plus en plus certain, comme en Europe et ailleurs dans le monde. Même l’ASN en convient (installations vétustes, de moins en moins d’argent pour la sécurité, accidents sous classés de plus en plus fréquents, ... ).

Des territoires entiers vont être abandonnés, désertés, rendus inhabitables. La population sera expulsée de ses lieux de vie et de travail ou maintenue de force dans les zones contaminées. Tous les réacteurs atomiques, comme ce le fut au Japon, seront peut-être arrêtés, mais l’irréparable aura été commis.
Doit-on attendre, comme les Japonais (Fukushima) ou les Ukrainiens (Tchernobyl), l’accident majeur pour arrêter les installations nucléaires françaises ?
Doit-on laisser tomber malade ou mourir de cancers radio-induits une frange de plus en plus importante de la population, enfants compris ? Doit-on sacrifier toutes les formes de vie de nos territoires et la chaîne alimentaire ?

Une centrale arrêtée, ce sont des risques divisés par mille, des déchets qui ne s’accumulent plus, des malades et des morts en moins.
Ainsi, nous, citoyens de ce pays, un peu partout en France, avons décidé de nous unir et combattre pour OBTENIR l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

L’arrêt immédiat du nucléaire est possible. C’est une décision d’ordre politique, non d’ordre technique.

Les responsables de ces morts, effectifs et à venir sur plusieurs générations, doivent être harcelés, poursuivis, condamnés. Ceux qui signent des autorisations de polluer, des autorisations de prolongation d’installations poubelles (État, ASN, préfets) seront poursuivis, jusqu’à ce que notre but soit atteint, soit l’Arrêt Immédiat de toutes les installations Nucléaires. La démission des corps intermédiaires doit être dénoncée : syndicats, médecins, juristes, journalistes.

Pourquoi attendre l’accident, pourquoi laisser mourir plus de gens ? C’est le sens de notre intitulé : MAIN , Mouvement pour l’Arrêt Immédiat du Nucléaire.

Nombreux sont les militants d’organisations et collectifs déjà impliquées dans le combat antinucléaire, qui, peu à peu, rejoignent ce positionnement. Nous ne créons pas un énième groupe structuré, mais un mouvement horizontal qui aura besoin de la participation de tous-tes, individus ou groupes, pour atteindre cet objectif. Nous avons besoin des compétences de chacun-e, de savoirs locaux sur toutes les INB (Installations Nucléaires de Base) dont il faut imposer l’arrêt. Nous accueillons, bien sûr, dans cette nouvelle mouvance, toute personne voulant œuvrer avec nous à l’arrêt immédiat du nucléaire. Nous avons aussi besoin de soutien juridique, les spécialistes de droit environnemental et sanitaire sont bien sûr, entre autres, les bienvenus.

Nous allons contribuer à bâtir, demain, une France débarrassée du nucléaire.

en savoir plus : http://m-ain.org