__

La vétusté de la centrale atomique du Bugey qui est en service depuis les années 1970, à l'image de la quasi totalité des autres centrales nucléaires du territoire français, accentue les risques d'une catastrophe terrifiante majeure qui endeuillerait toute l'Europe et rayerait définitivement de la carte une grande partie du territoire de plusieurs pays.

Le canton suisse frontalier de la France et la Ville de Genève viennent de déposer plainte au pénal contre le nucléaire français pour  mise en danger d'autrui et de pollution des eaux. Cette plainte contre X vise plus précisément la centrale nucléaire frontalière française du Bugey implantée sur la commune de Saint-Vulbas dans l'Ain. C'est l'une des plus anciennes centrales nucléaires de France qui se trouve à moins de 70 kilomètres à vol d'oiseau de Genève.

2016-03-01_Bugey.jpgLes autorités de Genève avaient déjà annoncé l'an dernier à la France leur volonté de ne plus subir le diktat de EDF et les menaces de l'obscurantisme nucléarisme. "Il y a une incohérence scientifique, politique, institutionnelle et juridique sur ces affaires." a déclaré à l'appui de la plainte le conseiller administratif de la ville de Genève Rémy Pagani en charge du département des constructions et de l’aménagement précisant que l'objectif est "de faire fermer la centrale atomique du Bugey". Cette centrale atomique compte un réacteur en cours de démantèlement, trois autres en fonctionnement et un à l'arrêt depuis le 27 août 2015 du fait de la dégradation de l'étanchéité du revêtement métallique de l'enceinte du réacteur.

Le combat que la ville de Genève avait mené précédemment contre la folie nucléariste tricolore a déjà conduit, en parallèle aux luttes antinucléaires tricolores, à l'arrêt définitif de la centrale atomique de Creys-Malville (Isère) en 1998. De son côté la Suisse, en tant que pays, est engagée dans une stratégie de mise à l'arrêt total de ses cinq centrales atomiques dont celle de Mühleberg (canton de Berne) qui fut mise en service deux après celle de Bugey en 1972.

Les Suisses contestent aussi le projet d'EDF de construire sur le site un centre de stockage de déchets nucléaires (Iceda pour installation de conditionnement et d'entreposage de déchets activés), qui vise à stocker une partie des déchets issus des neuf réacteurs atomiques d'EDF en cours de démantèlement en France (Brennilis, Bugey-1, Saint-Laurent, Chinon, Creys-Malville).

Côté français

Côté français, conçu initialement sur une durée d'amortissement de 25 ans, la plupart des réacteurs atomiques ont été prolongé de plusieurs années après quelques rafistolages et, aujourd'hui plus de la moitié dépassent les 30 ans d'âge* aggravant la menace sur l'ensemble du territoire et de l'Europe. Pourtant EDF, en sur-endettement croissant, dans le drit fil de  la quasi-faillite d'Areva, fait pression sur le gouvernement et l'Autorité de Sûreté Nucléaire pour prolonger encore de 10 ans supplémentaires ses vieilles casseroles. Les dirigeants exigent même d'obtenir une prolongation quasi-éternelle jusqu'à 40 ans voire 50 ans et pourquoi pas plus encore.

Dans la logique de la soumission au lobby qui préside à la dictature nucléariste sur le pays, il y a quelques jours à peine la ministre de l'énergie française Ségolène Royal,grande spécialiste de l'atome comme chacun le sait, notamment de part ses liens familiaux (son frère Gérard faisait partie du commando d'agents secrets qui, en juillet 1985, a plastiqué le bateau que greenpeace pilotait contre les essais nucléaires dans le pacifique en tuant un photographe présent sur les lieux) s'est donc déclarée favorable à la prolongation de dix ans de la durée de vie des 58 réacteurs-poubelles nucléaires français.

Côté Belgique

De son côté, en Belgique, le Conseil supérieur de la santé (CSS) préconise d’élargir à 20 km les zones d’évacuation en cas d’accident nucléaire majeur car «Un accident nucléaire sévère peut vraiment se produire». 20Km alors que le nuage radioactif de Tchernobyl a parcouru 1200km ! Pourtant ce Conseil supérieur de la santé affirme qu'il ne se veut pas alarmiste mais plutôt lucide et rappelle que toutes les autorités de sûreté européennes en sont arrivées à la même conclusion.

A tel point que les autorités européennes ont d'ors et déjà instauré une nouvelle réglementation en matière de produits alimentaires pouvant être contaminés par la radioactivité et donc mortels : non pas empêcher la contamination et la mort en décrétant la suppression de la menace mais de … relever la norme administrative et légale de contamination des aliments commercialisables auprès des consommateurs.

Chacun-e est prévenu.

__

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/geneve-porter-plainte-centrale-bugey/story/15376041

http://www.leparisien.fr/faits-divers/gerard-royal-refuse-de-detailler-sa-mission-03-10-2006-2007383626.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr

* Fessenheim (38 ans), Bugey (37ans), Tricastin (36ans), Graveline (36ans), Dampierre (36ans), Blayais (35ans), Saint-Laurent-des-Eaux (33ans), Chinon (32ans, Paluel (31ans), Saint-Alban (30ans), Flamanville (30ans), Cattenom (29ans), Nogent sur Seine (28ans), Belleville (28ans), Penly (27ans), Golfech (25ans), Chooz (16ans), Civaux (14ans)