__
Non la jeunesse n'est pas qu'à l'image de ce que moulinent en boucle les médias à longueur d'année : désabusée, sans vitalité, sans volonté, sans joie, égoïste, sans projet aucun, agressive. Pendant dix jours, venu-es des quatre coins du pays et de l'étranger, plus de 1000 personnes ont dessiné heure après heure une autre façon de vivre faite d'espoirs et d'implication, de fraternité et de partage, de mise en commun des différences et des vécus; aussi de réflexions de haut niveau, d'auto-organisation et de responsabilités, du sens du partage et d'écoute, de temps à pétrir et investir pour explorer et mettre en oeuvre d'autres voies de vivre et d'engagements. Autant de contrepoints au monde mortifère engluant imposé à chacun par les pouvoirs et autorités régnantes.

Ici pas de "donnant-donnant" et autres "gagnant-gagnant" qui sont autant de gadgets idéologiques basés sur la compétition et les oppositions à consensualiser afin de "faire tourner la boutique". Ici il s'agit d'offrir à l'autre sa singularité et sa spécificité, son autonomie créatrice, sa dynamique personnelle et d'expérience collective. Autant de richesses pour agir sur le monde et transformer la réalité; lever les pesanteurs qui avalent, si l'on y prend garde, tout un chacun; qui engluent et détruisent le sens même de la vie conduisant l'humain à n'être qu'un produit de consommation et une source de profit financier.

2015-08-07_Camp-International_Bure_01_Colombey_chienlit.jpgSur la route qui conduit, à travers Marne et Meuse, au "Camp international de rencontres et d'actions" (1), apparaissent déjà les signes de cette initiative : à Colombey-les-deux-églises, berceau du président-militaire qui imposa à la France le règne nucléaire et le modèle productiviste capitaliste, fleuri la Résistance; tandis qu'à quelques kilomètres du point d'arrivée se profilent au sommet d'un vallon les silhouettes de voitures de gendarmerie et, en plein champs, des motards en treillis. Dans les airs un hélicoptère survole ponctuellement le camps et les ballades des militants à travers champs conduisant vers le site du projet d'enfouissement des déchets radioactifs ou vers les villages alentours à la rencontre avec les habitants (2).

Dans les airs comme au sol, les militaires mitraillent de leurs appareils photos et caméras longue-portée le moindre participant. Ils viendront aussi en pleine nuit avec leurs appareils infra-rouge quantifier les participants et détecter ceux qui dorment et ceux qui sont encore debout. Des moyens militaires de guerre contre des civils. Car il leur faut à tout prix ficher, enregistrer, répertorier, identifier. C'est que pour eux et leurs maîtres le "citoyen", celui qui ne se résigne pas et ne se couche pas, celui qui redresse la tête et celui qui pourrait entrer en Résistance, est un ennemi intérieur. On se doit d'être prêt à fondre sur lui lorsque l'ordre en sera donné. On le sait bien, tous les pouvoirs, quels qu'ils soient, qualifient un jour ou l'autre de "terroriste" ou de "malfaiteur" celui/celle qui résiste.

Pourtant vraiment aucune violence chez ceux et celles qui se rassemblent là. Du refus de se soumettre et de valider l'ordre dominant : oui. Un appel d'air dans un monde d'enfermement et d'oppression, de dépossession de son être, d'avilissement consumériste.

2015-08-07_Camp-International_Bure_06.jpgCe "camp", implanté dans une région d'immenses champs de blé à perte de vue où les fermes et habitations se comptent sur les doigts d'une main, s'est construit de toute pièce sur des terrains et terres proposées par des personnes amies et grâce aux énergies des uns et des autres.

Une mini-ville ou plutôt un bel espace de vie pour une communauté humaine en constitution, éphémère et déjà perspective. Les tipis ont fleuri au gré des besoins et de la richesse des potentialités de chacun: là pour la fibre artistique dans l'action (création de banderoles et autres supports d'expression à partir de matériaux de récupération) et un autre pour les projections de films de luttes, un peu plus loin celui de l'expression vocale (il faut savoir placer sa voie et bien propulser le son pour une action publique et savoir gérer son stress aussi), là encore celui des ateliers massage et bien-être corporel (la forme physique est indispensable à toute action de terrain), plus loin encore le "médical" (savoir identifier son mal ou son malaise ou ceux de son voisin pour y apporter la bonne réponse lors d'action de terrain), au coeur du camp : le tipi des enfants car ici certains sont venus aussi en famille (à disposition : de la peinture et de quoi auto-créer des instruments de musique et autres jouets et jeux).

Et puis, un espace de vie c'est aussi des besoins essentiels auxquels ont répondu les constructeurs-trices de toilettes sèches, les bricoleurs-es de mini-éolienne et panneaux solaires auto-fabriqués pour l'énergie, la librairie pour enrichir et dynamiser la pensée, les cantines où dès le matin lors des réunions de "barrios" (les présents ayant planté leurs tentes en différents endroits selon leurs affinités formaient de fait des "quartiers") se répartissaient les taches à faire (éplucher les patates, laver les fruits, préparer les repas, assurer le point infos, recycler les poubelles et les fèces,...).

2015-08-07_Camp-International_Bure_04.jpgLes  chapiteaux ont été dressé, les escaliers d'accès aux différents niveaux du camps se sont construits, le bar sans alcool et son tipi-salon se sont érigés. Chacun y a pris spontanément un rôle : jeunes et moins jeunes, hommes, femmes, trans, homo et bi, chauve et chevelu, filiforme ou musclé. Là ça parlait en espagnol, un peu plus loin la langue de Shakespeare se déployait, tout près c'était en allemand ou en italien que les conversations menaient bon train. Lors des assemblées, spontanément, ceux qui pouvaient assurer la traduction en telle ou telle langue se rapprochaient de ceux qui ne maîtrisaient pas le français. Pas besoin de demander, les traducteurs et traductrices se présentaient spontanément.

2015-08-07_Camp-International_Bure_01.jpgNon loin de là, l'Andra (4) veut imposer à nos enfants et petits-enfants - et aux 15 000 générations à venir - une poubelle géante (Cigéo). Souterraine jusqu'à 500 mètres de profondeur et bourrée de matériaux en état de déflagration atomique permanente. Certains y danseront leurs danses macabres jusqu'à 1 million d'années ! C'est donc légitimement que, parmi d'autres thèmes et terrains de lutte, une critique sans concession du nucléaire et de son monde s'est développée ici.
 
Plusieurs assemblées "populaires" sous chapiteaux, dépassant à chaque fois la centaine de participants, ont décortiqué le "pourquoi?" et les raisons fondamentales de l'opposition à ce crime contre le vivant, les motivations des luttes de terrain, la critique des stratégies d'accompagnement et des "petit-pas" qui ne sont autres que de la co-gestion du système et des filouteries pour maintenir en place l'ordre atomique.  Et les déclinaisons ne manquent pas au long d'un système global et structuré qui déploie sa toile sur les territoires et dans les esprits : 

2015-08-07_Camp-International_Bure_09_ecureuille.jpg. les lignes THT (Très Haute tension électrique de 250 000 à 400 000 volt) dont les forcenés de la centralisation veulent parsemer, encore et encore, le territoire de leurs pylônes gigantesques. Le moyen de se positionner sur le business de l'exportation à tout crin qu'ils organisent et appellent de leur voeux les plus sordides afin d'éliminer la sur-production d'électricité atomique.

Quitte à faire s'endetter des pays et populations telles au maghreb et en Afrique sur lesquels le lobby nucléaire met la pression alors que ces régions possèdent bien d'autres ressources énergétiques pour satisfaire leurs besoins. Quitte aussi à détruire les paysages et les modes de vie et de pratiques agricoles des départements et régions hexagonales.

. Le compteur-espion radiatif Linky (manipulatoirement appelé par EDF "compteur-intelligent") fait partie du dispositif tentaculaire et permettra de contrôler l'activité de chacun-e à domicile et de supprimer la fourniture d'électricité aux uns et aux autres lorsque EDF estimera plus rentable de la vendre à l'export. Radiation et ondes électromagnétiques dangereuses gratis en plus.

. les transports quotidiens de produits et matières radioactives mortels qui sillonnent les routes, autoroutes et voies ferrées du pays mettant en péril la vie de ceux qui croisent et habitent à proximité.

. les déchets toxiques radioactifs produits chaque jour par chaque installation nucléaire de la chaîne criminelle atomique et que les adorateurs de la fission et de la fusion atomique crée goulument sans savoir quoi en faire si ce n'est de nous les laisser sur les bras et de les refiler sous le tapis à nos descendants. Et cela de l'extraction du minerai - tel au Niger - au traficotage de l'uranium pour produire les matières de fission atomique tant pour nourrir les centrales nucléaire que pour entretenir, telle une prostituée*, la bombe atomique. Pour finir en immenses tas d'immondices radioactifs dans la Manche (La Hague) ou entreposés sur chaque site nucléaire ou dans d'hypothétiques poubelles géantes souterraines comme à Bure.

. les atteintes permanentes à la santé et à la vie par les rejets radioactifs quotidiens, dans l'air et dans les eaux, tout au long de la chaîne de production atomique civile et militaire.

2015-08-07_Camp-International_Bure_05C.jpgC'est aussi à une analyse et une critique sans concessions des résultats et de l'impact des actions antinucléaires mises en oeuvre jusqu'à présent et depuis plus de 30 ans que se sont attachées les différentes assemblées.

Quels impacts concrets les différentes composantes de ce qui constitue ce que l'on nome -à tort - le "mouvement antinucléaire" ont obtenu ? Le lobby nucléaire a-t-il reculé ? a-t-il abandonné tout nouveau projet démoniaque ? A-t-il cessé de noyauter et de piloter l'organisation institutionnelle du pays ? Le verrouillage centralisé de la société par le modèle militaro-nucléaire a-t-il été mis à mal ?

Les stratégies d'entrisme dans les institutions par l'accès à des postes électifs et la participation aux élections a-t-il fait plier le lobby et les gouvernements successifs ? Les modalités d'organisation de la mouvance antinucléaire calquées sur la verticalité des institutions ou sur un pôle centralisé ont-elles permis le foisonnement efficace de luttes contre l'hydre de la destruction atomique et sa mise au placard?

2015-08-07_Camp-International_Bure_03.jpgLes pratiques traditionnelles mises en oeuvre - par mimétisme du mouvement associatif/syndical officiel - telles les manifestations, rassemblements, chaînes et autres pétitions, ont-elles porté leur fruit ? La stratégie de professionnalisation et la technicisation des alternatives (" les technos-écolos" comme s'est défini lui-même un participant) visant à se rendre crédible au yeux de la population et des pouvoirs en place a-t-elle affaiblit l'Etat nucléocrate ?  Les tentatives politique de "convergence des luttes" si il n'y a pas de luttes, de "globalisation généraliste" qui dilue les spécificités et dé-hiérarchise les enjeux ont-elle desserré l'étau et favorisé l'implication des individus et des populations ?

Le simple fait de se poser ces questions à permis et permet sans aucun doute de sortir de l'ornière de la répétition d'un "modèle" périmé, et finalement mort, qui n'est plus en phase avec la nature du système organisationnel de la société marchande, autoritaire, consumériste et individualiste.

2015-08-07_Camp-International_Bure_08.jpg" Nous avons en nous la colère et la détermination de tou-tes ceux et celles qui ne tolèrent plus qu’on leur impose des projets ruineux et mortifères sous couvert de démocratie" précise le collectif WMC. Ici dans ce "Camp international de rencontres et d'actions", alors qu'à l'extérieur se déroulaient d'autres actions contre le lobby nucléaire et ses représentants étatiques (3), il ne s'agissait pas d'apporter des réponses magiques pré-construites ou des recettes clefs en main et univoques, mais d'envisager d'autres autonomies et espaces mentaux créatifs et de lutte de terrain afin que chacun et chacune puisse prendre l'initiative, là où il-elle se trouve, dans les semailles de l'avenir.
 
photos : DR et vmc
__

* avec tout le respect que l'on doit cependant aux véritables "filles de joie"

(1) http://vmc.camp/

(2) quelques actions qui se sont déroulées : un préfet très émmerdé : http://vmc.camp/2015/08/07/un-prefet-tres-emmerde/  -  Accident nuke à Void-Vacon ?! http://vmc.camp/2015/08/08/accident-nuke-a-void-vacon/  -

(3) http://vmc.camp/2015/08/10/une-action-contre-laccaparement-des-terres-par-landra/

(4) structure mise en place par le lobby nucléaire et son pouvoir politique pour gérer/enfouir la merde radioactive de la bombe atomique et des centrales nucléaires

(5) action sur le palais des papes d'Avignon : https://www.youtube.com/watch?v=QypPs91sMhk&list=FLgFwkyI4omHC2SU1zacUgWA - blog de l'écureuille : http://www.eichhoernchen.ouvaton.org/Francais/accueil.html