__

Commémoration et Rassemblement ce dimanche à 14h  place de l'horloge à Avignon

Le 26 avril 1986, l'explosion du réacteur nucléaire n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Biélorussie a allumé en Europe un feu radioactif mortel  qui mettra des milliers d'années à s'éteindre. Le nuage radioactif s'est étalé sur plus de 1200km et ses retombées ont touché l'Ukraine, l'Allemagne, la France, l'Europe centrale et les pays nordiques. 

2015-04-26_Avignon-Tchernobyl-commemoration_10.JPGLa catastrophe nucléaire de Tchernobyl classée au niveau maximal 7 sur l’échelle INES (tout comme, depuis 4 ans, celle des 4 réacteurs nucléaires de Fukushima-Daïchi) est toujours en cours.

La dispersion des éléments radioactifs a contaminé durablement et pour des milliers d'années la nature, l'environnement, les terres nourricières, le vivant, les humains. Plusieurs dizaines de milliers de volontaires et de réquisitionnés ont sacrifié leur vie pour tenter d'éteindre l'ignoble incendie atomique.

Toute la population résidant dans un rayon de 30km autour de la centrale a été expulsée de chez elle, abandonnant tout dans sa  fuite et sans espoir d'un quelconque  retour.

Désormais, cette zone est définitivement interdite mais c'est bien au-delà que la vie est en suspens pour des centaines de milliers d'habitants. En suspens car, en plus des victimes et des morts des premiers jours et des premiers mois, les habitants restés par résignation ou pour s'accrocher coûte que coûte à leur lieu de résidence ou bien maintenus dans les zones contaminées par une propagande officielle affirmant que tout est sous contrôle ont continué à subir les effets délétères de la radioactivité.

Les hommes, les animaux et les végétaux ont stocké, au fil des semaines et des mois, le poison mortel destructeur invisible. Pas de douleurs particulières pendant un certain temps mais les organes (foi, rate, poumons, cœur, cerveau, os) et tissus gangrénés lentement mais inexorablement par la destruction atomique interne.

29 ans plus tard, en Biélorussie et en Ukraine (le pays voisin) l'un des principaux vecteurs de la mort radioactive provient de ce qui est nécessaire à la vie : l'alimentation, l'eau et l'air. Contaminée et empoisonnée. Les habitants ingèrent la mort d'autant que les autorités minimisent la contamination et les effets tueurs des doses estimées minimes mais régulières. Les principales victimes sont les enfants dont le poids moindre emmagasine proportionnellement plus de becquerels radioactifs destructeurs par kilo, que leur organisme est constamment en période de croissance et que, pour les bébés allaités, le lait de leur mère est radioactif.

Le lobby nucléaire et les états nucléarisés qui contrôlent l'O.M.S (Organisation mondiale de la santé) pratiquent l'omerta à l'image des maffias. La loi du silence et la dénégation sont leurs armes contre la liberté de la population d'être informée honnêtement.

Pour ne pas laisser ce crime impuni, pour que l'oubli ne fasse pas de chacun-e de nous des complices passifs, pour témoigner de notre effroi face au million de victimes et de morts (femmes, enfants, personnes âgées, "liquidateurs", enfants à naître,..) de la folie des fanatiques de la destruction atomique dite "civile" :

Rassemblement de solidarité avec les victimes et leurs familles, contre la condamnation éternelle de territoires entiers par le nucléaire, contre le crime nucléaire et la manipulation des données et statistiques par l’AIEA et l’OMS, pour défendre notre santé et nos territoires, pour la fin de la commercialisation des denrées et aliments radioactifs, pour soutenir les scientifiques indépendants en butte aux menaces et attaques du lobby nucléaire et des institutions d’État.

2015-04-26_Avignon-Tchernobyl-commemoration_06a.jpgRassemblement dimanche 26 avril à 14h devant l'Hôtel de Ville d'Avignon,
à l’initiative du CAN84 pour exiger, aussi, la fermeture en France et notamment en vallée Rhône-Durance de toutes les installations atomiques et mettre un terme définitif à la production de déchets radioactifs que nous ne voulons pas imposer à nos enfants.

l'allocution (texte au format .odt)