Tout commence par une lettre ouverte du 22 septembre 2014 remise en main propre à Madame Helle. demandant déjà des analyses indépendantes de l'eau :  Le-CAN-84-interpelle-le-Maire-d-Avignon

La réponse de Madame Helle : Réponse de Madame Cécile Helle
est un trésor d'esquive et langue de bois. Madame Helle "saisit les services de l’État". En effet, non seulement, ces analyses "institutionnelles" sont automatiques (tous les 6 mois) mais, sont bien sûr, tout sauf indépendantes.
La réponse du CAN84 fut cinglante et précise, communiquée à tous les médias : mettre à l'ordre du jour cette question lors du conseil municipal du 29 octobre : Réponse du CAN84

Or, pas l'ombre de ce sujet à l'ordre du jour du Conseil.
A la provocation, le CAN84 a répondu par l'action :
mairie2910-4Tout d'abord, une trentaine de litres d' « eau du Rhône »a été répandu à l'entrée de la Mairie, légèrement agrémentée de sucre pour la rendre poisseuse à souhait, et que sa trace soit emportée et déposée au sol par tous les Conseillers qui y ont pénétré.
La presse (voir ci-dessous) a parlé, à tort, d'huile répandue alors qu'il s'agissait bien d'eau sucrée pour ... matérialiser la radioactivité qui est invisible

Une belle pancarte représentant l'eau de la ville assaisonnée par EDF AREVA, CEA.

En dessous : Parce que Helle sait ce qui s'y trouve !

On comprend donc parfaitement la politique de l’autruche de Madame Helle.
Faire pratiquer par la ville des analyses indépendantes, c'est s'exposer à ... trouver quelque chose, et ... nous savons, nous, qu'on trouvera quelque chose.
Or, trouver des radionucléides dans l'eau de la ville, c'est un piège dans lequel Madame Helle refuse de tomber.
En effet, si l'eau en contient, il faut, à tout le moins, fournir la population en eau non contaminée, et se lancer dans une bataille judiciaire avec les pollueurs.
Bref, tout ce qu'une édile fraichement élue n'a aucun désir d'affronter.

Madame Helle a donc chaussé ses œillères et, par là même, expose la population à de graves dangers.

Mais le CAN84 ne laissera pas faire.
Si "pas de danger il y a", il faudra le prouver, Et seuls des laboratoires indépendants le peuvent.

A partir d'aujourd'hui, nul espace n'existera plus à Madame Helle où elle ne trouvera le CAN84 exigeant d'elle une décision de faire exécuter des analyses.
Le harcèlement continuera jusqu'à ce que la première magistrate de la ville prenne en compte les demandes de ses concitoyens par rapport à leur santé.

Pancartes, fumigènes, mégaphone, devant la Mairie, un lâcher de sauterelles dans la salle du Conseil par un militant avec un tract "Sauter'Helle" dont le jeu de mot potache  s'est accompagné de "prochainement : araignées, scorpions, serpents".

mairie2910-1

Fumigènes, mégaphone, où une minute de silence fut demandée en mémoire de Rémi Fraisse

mairie2910-3

Dernière minute, dans le journal de 8h de France Bleu Vaucluse, les journalistes ont interrogé Madame Helle qui dit avoir renvoyé la balle à la préfecture pour que "l’État fasse le nécessaire".
Comme dans sa lettre, Madame Helle se défausse sur l’État. C'est à la Mairie, sur son budget propre, d'ordonner ces analyses, non à l’État.

Dans la presse :

France Bleu Vaucluse de 8h :journal de 8h
La Provence :
La Provence 30 10 2014

Le dauphiné :
Le Dauphiné 30 10 2014

La marseillaise :
La marseillaise 29 10 2014

La Provence du 31/10 :
La Provence 31 10 2014

Le Midi libre du 1er novembre :

Midi libre 1 novembre 2014