__

Qui sont les gens du CAN84 ?

Un regroupement, un collectif de citoyens et citoyennes, de salariés et actifs, d'étudiants et de sans-emplois, de femmes et d'hommes de tout âge. Des habitants, des travailleurs, des retraités qui ne veulent plus subir mais agir, qui ont la conscience d'être acteurs de l'histoire humaine et non de simple pions qui devraient sans cesse plier l'échine et accepter la loi d'airain de quelques dominants.

2012-01-20_Conseil-General-Vaucluse_Occupation_Wola-08.jpgC'est un collectif ouvert, pas une association ou un parti politique. Il n'y a pas de "chef" ou de leader, pas de "bureau" ou "Conseil d'Administration", pas de centre de décision supérieur à qui aurait été délégué le pouvoir, pas d'appareil administratif, pas de hiérarchie, pas de locaux, pas de course au fric et aux donateurs. Autant de positions de principe et concrètes qui empêchent les ambitions personnelles, les prises de pouvoir interne, les "écuries" politiciennes, les rapports de forces majorité/minorité, les malversations financières et autres "tares" de la démocratie délégataire et d'abandon du pouvoir du peuple souverain.

Ici chacun chacune compte pour un, est pleinement responsable, est en capacité d'initiative et de mise en œuvre sans attendre un quelconque "feu vert". Il et elle réfléchit, planifie, organise, met en œuvre. Il y a échange et rencontre sur le terrain lors des actions mais pas de "réunionite" qui engendre souvent de fausses tensions, des inversions de valeurs, des confusions entre le pourquoi et le comment c'est à dire entre l'objectif et les limitations de possibles mises en action, voire dans des arrières-pensées d'arrière-cuisine de mépris et de stratégies nauséabondes.

Que veux le CAN84 ?

Mettre un terme immédiatement aux atteintes sanitaires et de santé publique perpétrées par la destruction atomique c'est-à-dire par le nucléaire civil et militaire et ses multiples installations disséminées dans la région, sur le pays et sur la planète. C'est le bon sens. On ne peut dire à la fois ceci est dangereux, ceci atteint notre santé et notre vie au quotidien et envisager que cela puisse durer. C'est une simple attitude de rationalité et de refus de tomber dans une schizophrénie. A danger immédiat : arrêt immédiat.

Cette lutte est ingrate et difficile...

24-05-eurodif.jpgCet engagement se mène face au plus puissant lobby patronal du monde (le lobby militaro-civil atomiste), aux appareils d’État et administratifs travaillés et noyautés par l'idéologie pro-nucléaire, aux élu-es complices de mille et unes façons et souvent sensibles aux apports financiers des gérants du crime atomique qui leur permettront d'être ré-élu(e)s, aux partis politiques de toute obédience idéologiquement complices car restés scotchés à la propagande des années du siècle dernier où on ne connaissait presque rien des effets monstrueux de la destruction atomique (quoique depuis Hiroshima et Nagasaki difficile de dire "on ne savait pas") ou encore d'autres partis en mal de reconnaissance et d'intégration au pouvoir et édulcorant leur objectif initial pour quelques sucettes et rosettes.

Il faut de la détermination

C'est celle d'êtres humains, profondément humaniste et rationnels, résistants et combattants de la vie contre la barbarie nucléariste, sans concession aucune. Celle qui meut les gens, le peuple, lorsque l'objectif est vital et qu'il doit être impérativement atteint pour en finir avec une situation caduque et mortelle.

Pourquoi le CAN84 est-il assez souvent la cible d'autres "antinucléaires" ou "écolos" ?

Les actions régulières du CAN84 visent à faire progresser la connaissance et la conscience de la population, à donner des armes de libération intellectuelle pour décrypter le réel et déjouer les manipulations, à mettre en accusation les complicités et les relais dissimulés, à amener et obliger les élu(e)s à assumer leurs obligations de protection sanitaire des habitants et des territoires, à abattre le mur artificiel dressé par le lobby entre les populations et les salariés du secteur nucléaire et à leur montrer qu'eux aussi ont intérêt à l'arrêt immédiat du nucléaire, à mettre en accusation les aficionados et maîtres du lobby nucléaire. On peut comprendre donc que le CAN84 dérange beaucoup de monde.

2011-11-28_electeur.jpgDans les faits et au-delà des déclarations, le Collectif Anti-Nucléaire de Vaucluse dérange le consensus, la bien-pensance, le "faut être raisonnable". Il gêne les arrangements de couloirs et les ambitions personnelles. Il démonte les stratégies de "courroie de transmission", celles qu'utilise un parti politique en mettant sur pied une "fausse" association dont la fonction essentielle sera de drainer des voix aux prochaines élections tout en donnant bonne conscience à moindre frais aux intéressé(e)s ou encore celle du lobby nucléaire qui met en place des "instances" diverses et variées qui intègrent ces mêmes associations et d'autres à leur propre soumission (comme dans les mal-nommées "Commission Locale d'Information").

Le CAN84 montre que le préalable du "tous ensemble" ne conduit qu'à édulcorer l'objectif et la lutte. Comme si l'addition de misères et le regroupement sur le plus petit dénominateur commun pouvait faire changer les choses... Le CAN84 n'accepte pas la compromission car il n'a pas d'ambition autre que l'arrêt immédiat, inconditionnel (sans aucune condition) et définitif du nucléaire. Pas de compromission qui se traduit par exemple par le fait qu'une fois élu(e) un environnementaliste ne mène plus le combat à l'intérieur des assemblées élues mais agit pour sa propre stratégie ou celle de son parti en abandonnant ses engagements, en ne soutenant plus les luttes citoyennes que du bout des lèvres - et encore - voire au contraire en les contrariant pour faire plaisir à ceux qui l'ont fait "roi" d'opérette.

Pourquoi le CAN84 a-t-il des difficulté à rassembler ?

Pas tant que cela car, par exemple, lors de nos "Marche pour la vie et l'arrêt immédiat du nucléaire" le CAN84 rencontre et échange en quelques jours avec plusieurs milliers de personnes, et des centaines d'autres y participent pour une étape ou la totalité du parcours reliant les sites nucléaires de la vallée Rhône-Durance. Un peu partout en France et dans le monde, d'autres forces déterminées se regroupent et agissent pour cet objectif d'urgence.

DSCN4160.JPGLa lutte collective antinucléaire pour la vie se déroule dans un contexte qui n'épargne aucun mouvement citoyen, qu'il soit associatif, syndical, sociétal : l'endormissement généralisé du pouvoir de transformation de chacun mue par une idéologie du renoncement, du "no futur", du chacun pour soi. Avec, en plus, 60 ans de propagande acharnée pro-nucléaire qui a mobilisé des milliers de professionnels de la manipulation sociologique et engloutit des milliards d'euros, des décennies de boulimie de sur-consommation notamment énergétique conditionnée par l'appareil d'état au service des lobbies (le "tout électrique", principalement, au détriment des autres sources d'énergie et masquant la production des éléments nécessaires à la bombe atomique), la complicité de forces politiques censées lutter contre le modèle dominant mais qui pour des stratégies électoralistes politiciennes et d'autres petits avantages ont abandonné le combat frontal et renoncé à leur raison d'être.

Notons d'ailleurs que ceux et celles qui prônent une autre option que le CAN84, celle des "petits pas" et qui la mettent en œuvre depuis plus de vingt ans sont en échec total. D'ailleurs le propos et l'analyse du CAN84 permet à des militants qui s'étaient laissés convaincre par le compromis de s'en libérer et d'opter pour une position enfin cohérente et efficace de lutte contre le nucléaire.

Quelles perspectives ?

Le lobby nucléaire est implacable. Il domine en maître absolu notre société. Il fait régner une terreur qui ne dit pas son nom.  Il a intégré à son forfait toute une série d'ambitieux, de mous, de faibles, de valets, d'ignorants, d'intéressés de tous poils, de peureux, de fanatiques, de scientistes sans conscience. Ceux-là servent concrètement ou objectivement leur ennemi. Mais là est aussi son point faible. Le monstre nucléaire repose aussi sur du sable mouvant et lorsque le liquide visqueux se serra évaporé, lorsque les humains reprendront les rênes de leur vie et reconquerront leur dignité... mais il est peut-être déjà trop tard, la destruction atomique fait largement son œuvre de mort. A chacun et chacune de réagir.

Sous les effets terrifiants de la radioactivité des femmes avortent contre leur gré et mettent au monde des nouveaux-nés difformes et mutilés, des enfants de 5 ou 7 ans sont victimes de cancers de la thyroïde ou de leurs autres organes, des parents disparaissent d'une leucémie dans d'atroces souffrances, des salariés "morflent" au quotidien dans leur chair et leur esprit, la chaîne alimentaire est contaminée et le produit de la terre et de l'eau est devenu poison, l'air est à présent pourvoyeur d'une radioactivité destructrice invisible, des catastrophes nucléaires se multiplient quelques soient les pays et la spécificité technique mise en œuvre. C'est le principe même de la destruction atomique qui est en cause. Chaque seconde compte.

Dans une société du spectacle - comme la décryptait il y a déjà plus de 35 ans le philosophe-essayiste Guy Debord - et de manipulation idéologique et sémantique permanente - comme le démontre le linguiste et philosophe américain Noam Chomsky - le CAN84 agit et appelle chacun(e) à adopter face au crime nucléaire la seule position rationnelle, cohérente et libre : A danger immédiat = arrêt immédiat.