__

2014_Euratom_directive-europeenne_norme_sievert.jpgTaillée sur mesure pour l'industrie nucléaire, la nouvelle norme "admissible" en matière d'exposition aux rayonnement ionisants établit par le  Conseil de l'Union Européenne est une déclaration de guerre à la vie, aux territoires et à la planète.

Alors qu'il n'existe pas de dose de radioactivité inoffensive ou en de-ça de laquelle il n'y aurait pas de risque pour la santé, une nouvelle directive "Euratom" (1) de début d'année augmente les doses d'irradiation que devrait subir la population en cas d'accident nucléaire en Europe. Il font passer la nouvelle norme de dose "admissible" de radioactivité de actuellement 1 mSv/an pour le public à 20 mSv/an jusqu'à 100 mSv/an en cas d'accident nucléaire.

Imposer la contamination radioactive à la population

Le but sinistre est de pouvoir imposer aux peuples et à la chaîne alimentaire une contamination qui ne sera plus illégale et permettra de poursuivre la commercialisation d'aliments et de produits radioactifs. Au détriment de la protection des populations et de sa santé. Ainsi le lobby nucléaire et les gouvernements - tant socialistes que de droite - s'octroient un droit de vie et de mort sur chacun(e).

28 ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui est loin d'être terminée et alors que dans certains pays la situation est loin d'être revenue à la "normale", 3 ans après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima : les autorités s'inscrivent dans ce que le Président de l'ASN déclarait devant une commission de l'Assemblée Nationale " On ne peut plus exclure un accident nucléaire majeur en France" et en Europe.

Ils bafouent ainsi leur propre argumentation de propagande concernant les pseudos risques inhérents à toute activité industrielle et à leur notion de dose-seuil. Ils reconnaissent de fait que le nucléaire est un crime sanitaire organisé.

2011-010-31_japan-radiation-fukushima-nuclear-nukes-photo-001.jpgDe 1 mSv/an (millisievert) pour une situation "normale" hors accident - c'est à dire avec des rejets quotidiens de radioactivité par chaque installation nucléaire - ils viennent de décider de porter le niveau de radiation "admissible" plus élevé si un accident (sensée être) temporaire se produisait. Vous serez malade et mort mais dans les normes ! Les victimes ne pourront donc pas prétendre à indemnisation et les populations seront contrainte de rester en zones contaminées et de consommer des aliments mortels. Les autorités nationales et internationales considèrent donc que si elles veulent "gérer" une situation accidentelle nucléaire, avec un coût pas trop élevé il faut remonter les limites, pour moins évacuer, moins retirer des produits de la consommation,....

C'est ce qui se passe au Japon actuellement avec les décisions du gouvernement aux ordres des nucléocrates criminels. La norme est portée à 20mSv et les enfants des écoles portent dorénavant autour du cou, tel du bétail, un indicateur de radioactivité absorbée.

Le lobby nucléaire et les gouvernement se protègent, eux, de leur crime

On parle ici de doses qui sont loin d'être insignifiantes, et le fait qu'on les exprime sous forme de doses annuelles (pour des situations qui sont sensées être exceptionnelles) démontre que les atomistes on décidé du pire. L'instauration d'une moyenne de dose annuelle de 100 mSv induit que les personnes pourraient être exposées - en toute légalité - en tant que "public" à une radioactivité intense pendant un ou plusieurs jours. Alors que la dose maximale "admissible" pour un travailleur du nucléaire en France est fixée par les nucléocrates eux-mêmes à 20 mSv/an. Nous serons tous considérés donc comme des travailleurs du nucléaire en situation d'exposition extrême.

Euratom_Eau-radioactive_nucleaire-2.jpgLa page 39 de la "Directive" imprime noir sur blanc le crime avec un cynisme effroyable. Si ils décident de vous prévenir que vous êtes contaminé il vous appartiendra de vous démerder vous-mêmes si possible :  "dans l'intervalle allant jusqu'à 20 mSv par an inclus (autrement dit un citoyen est dorénavant considéré comme un travailleur du nucléaire exposé aux radiations), des informations spécifiques permettant aux individus de gérer leur exposition individuelle, si possible" ; et d'enfoncer encore un peu plus le clou mortel : " c)  dans l'intervalle allant jusqu'à 100 mSv par an inclus, une évaluation des doses individuelles et des informations spécifiques sur les risques liés aux rayonnements et sur les mesures disponibles pour réduire l'exposition." Préalablement la directive précise que : " les actions correctives (c'est à dire l'évacuation et le relogement, les indemnisations,etc...) n’entraînent un préjudice (pour les affaires) ou un coût excessif"

Au passage les fanatiques pro-nucléaires légalisent au niveau européen le fait que les citoyens peuvent être contaminés chaque jour sans qu'ils en soient informés : "pour des expositions inférieures ou égales à 1 mSv par an, des informations générales sur le niveau d'exposition sans considération des expositions au niveau individuel"

Le Président de la République française valide le crime

A l'occasion de la visite officielle du premier ministre libéral et pro-nucléaire japonais Shinzo Abe, la Présidence de la République à signé le 5 mai 2014, au nom du peuple français, un communiqué portant aux nues la destruction atomique. Dans son paragraphe 8 il précise que : " Les deux pays renforceront davantage la coopération bilatérale dans tous les domaines concernant l’énergie nucléaire et se félicitent de l’approfondissement du dialogue à travers le Comité franco-japonais sur l’énergie nucléaire." et poursuit dans le §9 : " Les deux pays intensifieront leur coopération en matière de nucléaire civil. Dans ce contexte, la France et le Japon se félicitent de la signature de l’accord entre les autorités japonaises et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) sur le projet de réacteur de quatrième génération ASTRID et la coopération sur les réacteurs à neutrons rapides." . On apprend ainsi au détour de ce communiqué que le CEA et la France participent à la prolifération nucléaire et à la relance de sur-générateurs (abandonné en 2002 par Miterrand) au niveau mondial.

nuclear-fallout-japan_nucleaire-retombee-japon_hemispher-nord.jpgMais ce n'est pas tout. L'homme de la transition et de l'attrape-gogo du mix-énergétique de signer : " ... la France confirme sa disponibilité à contribuer aux efforts du Japon dans la gestion des conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima Daï-ichi et du démantèlement de la centrale... A cet égard, le Japon et la France saluent la signature de l'accord portant création de la Joint-Venture ANADEC entre AREVA et ATOX, pour contribuer au développement des technologies pour le démantèlement des centrales de Fukushima-Daï-ichi. " Le business d'Areva, qui a fournit le terrifiant "Mox" à la centrale de Fukushima qui a explosé, continu pendant le crime. Mais les nucléocrates institutionnels voient encore plus loin, tant leur appétit de victimes est inépuisable : "Sur le plan industriel, les deux pays approfondiront leur coopération en Turquie et dans d’autres pays tiers par la promotion, sur les marchés internationaux du réacteur ATMEA-1 co-développé par les entreprises française et japonaise."

C'est donc avec cet homme-là et à cette politique nucléariste là que EELV participait au gouvernement : " S’agissant de la coopération sur le projet ITER (réacteur thermonucléaire expérimental international) et dans les activités relevant de l’approche élargie, les deux pays approfondissent la coopération visant à la réussite des projets en cours à Cadarache en France et Aomori / Ibaraki au Japon en vue de la réalisation d’énergie issue de la fusion nucléaire"

Le Président français sacrifie la sécurité alimentaire

Japon_Fukushima_aliments_contamination-des-aliments-ce-qui-se-passe-est-grave.jpgAdepte forcené du nucléaire tout comme ses prédécesseurs, le Président français, confirme qu'il a décidé d'intoxiquer les français et françaises : " Concernant le nucléide radioactif dans les produits alimentaires et les fourrages provenant du Japon, le Japon se félicite de la compréhension de la France pour une révision des mesures de restriction de l’UE fondée sur des données scientifiques et le « CODEX pour les contaminants et les toxines dans les aliments ».

Application immédiate de la décision criminelle : depuis le 28 Mars 2014, l’Europe s’est alignée sur les normes japonaises de contamination radioactive alimentaire imposées depuis la catastrophe nucléaire survenue à la centrale de Fukushima. L’Europe autorise donc l’importation d’aliments contaminés par les Césiums 134 et 137 (seuls contrôles) tandis que sur le Strontium, le Plutonium, le Tritium : pas un mot. D'autant que de nombreuses exceptions aux contrôles sont déjà mises en oeuvre en fonction de l’origine et de la nature des aliments

Japon_jeux-paralympiques.pngEt quoi de plus évident pour faire passer en douce le crime que d'utiliser le domaine sportif comme le font depuis des années les nucléocrates Areva et EDF : " La France félicite le Japon pour l’obtention des grands événements sportifs internationaux que sont la Coupe du monde de rugby de 2019 et les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo de 2020, et souhaite apporter sa contribution à leur succès." Sportifs de tous les pays contaminez-vous, en quelque sorte ! " Elle exprime son intention de coopérer pour « Sport for Tomorrow »... portant notamment sur le développement des échanges sportifs..." La catastrophe nucléaire de Fukushima Dai-Chi se poursuit inexorablement et contamine peu à peu tout l'hémisphère nord mais on fait comme si de rien était. Des Jeux Olympiques aux portes du cauchemar nucléaire, il fallait y penser. Les sportifs de haut-niveau et les sportifs handicapés seront de fabuleux cobayes et sujets d'études pour le CEA, l'IRSN, Areva, EDF, l'ASN, le lobby nucléariste international. Respirez à fond !

2013-10-25_Tricastin_Reacteur_2_Scram_geyser-vapeur_02.jpgMais rien ne vaut toutefois le tourisme en zone nucléarisée. Alors les collectivités territoriales sont mises à contribution pour organiser des visites des hauts lieux du nucléarisme tricolore et du pays du soleil-levant : "Forts du succès de leurs campagnes de promotion croisée en 2013, la France et le Japon continueront à tenir un dialogue régulier sur le tourisme, notamment afin de promouvoir la diversification des destinations sur leurs territoires respectifs et de sensibiliser un public plus large." Non, vous ne rêvez pas, voilà le niveau d'amoralité des criminels qui nous gouvernent. Contaminé(e)s radioactifs de tous les pays disséminez-vous, faites rayonner la mort nucléaire !

Résistons !

__

Photos : DR et Next-Up organisation
__


(1) -DIRECTIVE 2013/59/EURATOM fixant les normes de base relatives à la protection sanitaire contre les dangers résultant de l'exposition aux rayonnements ionisants

(2) - Communiqué conjoint franco-japonais du 5 mai 2014