__

« Techman industrie »  est spécialisée en  logistique nucléaire, gestion des déchets mortels, exploitation d'installations nucléaire et décontamination. C’est une filiale du groupe Onet spécialiste de la propreté dans les collectivités (dévidoires essuis-main, blanchisserie) dont le chiffre d’affaire dépasse le milliard d’euros et qui contrôle également des sociétés de sécurité privées, d’aide à la personne (vieux, enfants,…) et d’intérim. Plusieurs dirigeants de ce groupe ont ont eu ou ont encore des liens étroits avec l’Etat, les ministères, le lobby nucléaire et se sont vu décorés de médailles diverses et variées par la Présidence de la république et les grands patrons du nucléaires.

2013-05-20_salarie-du-nucleaire_greve.jpgCôté travailleurs de terrain, esclaves de tous les jours, la vitrine est bien moins rose et si médailles il y a elles se trouvent plus que de raison en forme de couronnes mortuaires déposées sur les cercueils des sacrifiés de l’atomisme. Auparavant ces salariés auront « morflé », « pris leur dose », « manger plus que d’appétit ». Autant d’euphémismes utilisés dans le métier pour ne pas nommer la mort radioactive invisible et insidieuse qui grignote inexorablement les corps.

Chez  « Techman industrie », Anthony Berlemont est connu de tous. Mais qui sait comment il va et où il travaille aujourd’hui ? Anthony va mieux mais il vient de passer un cap difficile de sa vie. Il a contracté en octobre 2011 un lymphome B à grandes cellules à division rapide, maladie cancéreuse due aux expositions aux rayonnements ionisants car Anthony travaille depuis 15 ans en tant que salariés de la sous-traitance dans les centrales nucléaires EDF. Il a effectué durant toutes ces années le métier dit de « servitude » appelé aujourd’hui « logistique » par EDF et le lobby du nucléaire. Changement d’appellation pour certainement valoriser le métier ou mieux dissimuler la servitude des salariés de la sous-traitance.

« Liquidateur » au quotidien en France

En fait, Anthony, a effectué le métier de Liquidateur de radioactivité. C’est ce que font ces salariés de la sous-traitance de la logistique pendant les décontaminations de piscine, locaux, matériels… Ils liquident la radioactivité pour pouvoir accéder aux zones pendant les arrêts de tranche et parfois tranche en marche. Pour le lobby du nucléaire, certes, il y a exposition aux rayonnements ionisants mais jamais en dehors des « normes », ce qui selon eux ne peut rendre malade.

2013-05-20_spie-sous-traitants-du-nucleaire-conditions-indignes.jpgAlors, pourquoi, Anthony est-il malade ? Pourquoi Christian, un autre salarié de la sous-traitance du nucléaire qui a travaillé pour la société Endel/GDF/Suez, est-il décédé suite aux expositions qu’il a subies dans ces mêmes centrales ? Et il y en a beaucoup d’autres de ces travailleurs qui sont soit décédés, soit malades. La liste est longue, bien trop longue pour les citer tous. Et puis, il y a ceux que l’on ne connaît pas, ceux qui souffrent en silence, silence créé par la précarisation et la sous-traitance des activités à risques.

Mais qui s’occupent de ces salariés quand la maladie vient les frapper ? Il n’y a personne et surtout pas les hiérarchies des entreprises et pas plus du coté d'EDF qui dissimule sa responsabilité  par un : « ce n’est pas notre salarié, on ne peut faire d’ingérence ». Ces travailleurs sont de fait de la chair à Sievert (l'impact biologique de rayonnements ionisants  sur le vivant)! Or il n’y a pas de doses si petites soient-elles qui ne rendent pas malades. Le lobby du nucléaire le sait et c’est pour cela que plus de 80 % de la dose absorbée est réservée aux salariés de la sous-traitance qui sont maltraités volontairement afin de créer une dilution de la responsabilité du coupable et surtout taire la vérité dans la population.

Le nucléaire sacrifie les salariés, l'humain et le vivant

Dans un tract de dénonciation, le syndicat CGT de l’entreprise sous-traitante s’indigne et proteste : « … il serait bien de demander aux médecins du travail sur quelles bases scientifiques ils s’appuient pour nous rendre apte ou non, inapte aux rayonnements ionisants. D’ailleurs peuvent-ils nous garantir que nous ne serons jamais malades à un taux de radioactivité de 20 millisieverts/an ? S’il n’y a pas de garantie de ne pas être malade, c’est bien que l’on est dans le sacrifice ! »

2013-05-20_cgt-sous-traitants-du-nucleaire.jpgAnthony, Christian et tous les autres travailleurs de la sous-traitance nucléaire sont-ils des sous- hommes ? Ils posent collectivement la question : « Pourquoi doit-on se retrouver seul à combattre la maladie, la faire reconnaître en Maladie Professionnelle ? Ensemble, nous devons refuser le sacrifice. Nous devons gagner la traçabilité de nos expositions, faire imposer une déclaration d’accident du travail pour chaque irradiation et chaque contamination. »

Pourtant non sans ignominie EDF n’hésite pas à écrire sur son site sécurité : « pour EDF et les pouvoirs publics, la sûreté des centrales nucléaires est une priorité absolue afin que la production d’électricité nucléaire n’ai aucune incidence sur l’homme et l’environnement »

Les sacrifiés du nucléaire savent bien ainsi qu’ils ne sont ni des hommes ni partie intégrante de l’environnement aux yeux du lobby du nucléaire. Alors peut-on continuer à faire comme si de rien était, à maintenir en activité une production pire que l'amiante et que tous les scandales politico-financiers de la vache folle, du sang contaminé et autres monstruosités?

2013-05-20_sous-traitants-nucleaire_Einstein.jpg

__

plus d'infos sur : www.ma-zone-controlee.com/

autre article à consulter