__

Communiqué de Presse du CAN84 (16 janvier 2013)

Un coût voisinant la folie

Depuis son lancement, le budget de ITER a explosé. Le coût de la construction a déjà plus que triplé, passant de 4.5 milliards d'euros en 2006 à une prévision de 16 milliards d'euros à ce jour, et ça grimpera encore.

La contribution de l'Union européenne, initialement prévue à 2,28 milliards d'euros est passée à 6,6 milliards d'euros à ce jour. La France devait payer 735 millions d'euros pour la construction; sa part s'élève aujourd'hui à 1,3 milliards d'euros. Les collectivités territoriales PACA ont déboursé de leur côté 467 millions d'euros.

Iter-Chantier.jpgDes défaillances et malfaçons

Le coulage du béton dans la fosse à peine démarré, et déjà les premières irrégularités : Des fissures ont été détectées sur les voiles de soutènement de la fosse. Suite à l'inspection du 24 avril 2012, l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire)

C'était la deuxième fois que l'ASN manifestait son mécontentement. Lors de l'inspection du 26 janvier 2012, elle avait déjà indiqué que la gestion des "non conformités" n'était pas satisfaisante.

Par la volonté du lobby nucléaire, du PS et d'EELV

C'est le « Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie » de l'équipe PS-EELV qui, par le décret du 9 novembre 2012, a donné le feu vert pour la création de l'INB ITER à CADARACHE. Cette coalition a conduit en région Paca au fameux “1 euro pour ITER, 1 euro pour les renouvelables“, résultat de l'accord Verts-PS au Conseil Régional PACA en 2006 : une valise de billets pour quelques projets labellisés « écolo » en échange d'un vote pour ITER.

De pseudo emplois mais une réelle précarité sociale

Au niveau des emplois on est très loin du gigantisme... L’annonce par les promoteurs nucléocrates de 3000 à 4000 emplois créés (ce qui rete à vérifier tant les annnces de ce genre ne se sont jamais réalisées par le passé) le seront  pour les travaux de construction et d'assemblage. Autrement dit  des emplois temporaires, peu rémunérés et sans avenir. Rien de très glorieux compte tenu des millions d'euros d'argent public injectés dans ITER.

Le danger de la radioactivité et le danger sismique

ITER_ACalandra24.jpgLes énormes problèmes et dangers du réacteur expérimental à fusion nucléaire ITER sont foison notament de par les rejets de tritium hautement toxique dont une dose de 1 mg provoque la mort. Un  radionucléide qui a la fâcheuse propriété de fuir quel que soit la nature du réceptacle qui essaie de le retenir et qui démontrent que ce monstre est le contraire d’ «  une source d'énergie quasi illimitée, sûre, propre, pour le bien de l'humanité » comme le clament ses promoteurs. Et implanter un tel projet sur une faille sismique active, comme le prouve le récent tremblement de terre de septembre dernier à moins de 30km de Cadarache, est tout simplement irresponsable et criminel. D’autant que déjà 21 installations nucléaires civiles et miltaires contaminent les territoires chaque jour par leur rejets et portent atteinte à la santé des populations.

Des scientifiques du monde entier et Prix Nobel contre le projet ITER

Le 10 mars 2003 un appel international de scientifiques à été lancé contre le projet Iter, signé entre-atre par Matatoshi Koshiba (prix Nobel de physique 2002) et Akira Hasegawa (Maxwell Award Winner et ex-président du département physique des plasmas de la Société de Physique américaine) : « le réacteur nucléaire fondé sur ITER qui brûle du tritium est extrêmement dangereux du point de vue de la sûreté et de la contamination environnementale… Les neutrons produits avec ITER ont une énergie plus de dix fois supérieure à ceux d’un réacteur à fission ; ils rendent radioactifs le mur de l’engin ainsi que les matériaux de construction, ce qui engendre 40 000 tonnes de déchets nucléaires. A l’issue de l’expérience, l’engin et la construction ne pourront être éliminés avant plusieurs centaines d’années en raison de leur radioactivité élevée, et seront laissés en attente de leur dégradation. En conséquence, une grande partie des nappes phréatiques sera contaminée, et la zone de contamination augmentera avec le temps, ce qui crée un risque extrêmement grave pour l’environnement. Pour ces raisons, en qualité de physiciens experts dans ce domaine, et en conscience, nous sommes très fortement opposés à … ITER »

Un délire scientiste et dominateur qui n’est pas la science

Annoncer haut et fort que l'on va « mettre le soleil en boite » : Que de prétention ! il faudrait que les techno-scientistes sortent de leur boite et lèvent les yeux vers le ciel. Un beau soleil brille, il est particulièrement généreux chez nous en Provence, et nous n'utilisons qu'une infime partie des possibilités énergétiques qu'il nous offre. Si l'argent de ITER est mis dans cette recherche, nous pouvons avancer concrètement vers une énergie du futur, propre et abondante.

2012-01-01_ITER-technique.jpgNous sommes en mesure depuis longtemps de produire une énergie décentralisée (soleil, vent, eau, chaleur de la terre,..) et d'être autonomes dans nos maisons, immeubles et entreprises par exemple. Il est grand temps de faire ces choix.

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse / CAN84 appelle la population à ne pas tomber dans le piège grossier de la propagande du lobby nucléaire et de ses relais politiciens, à déjouer l’illusion de la création d’emplois et d’un pseudo progrès libérateur à la saint glin-glin, à dénoncer la dilapidation de l’argent public, à refuser de servir de cobayes et voir la destrution de sa santé, de la vie, des territoires.

Un vrai projet d'avenir est un projet accessible et utile aux hommes et femmes de tous pays sans mettre en danger les générations à venir. Cela n'a jamais été l'ambition de ITER malgré tous les slogans racoleurs

__

Collectif antinucléaire de Vaucluse / CAN84 . collectifantinucleaire84@hotmail.fr

__

la Presse en parle

2012-01-19_ITER_contre-inauguration_CAN84.jpg"20 minutes-Ed Marseille"