___

L'attitude de dignité et de cohérence de Annie Thébaud-Mony est claire et sans ambiguïté à l'égard du pouvoir. Pas question de perdre son âme pour quelques décorations ou guili-guilis sous le menton comme l'ont fait bon nombre de soit-disant antinucléaires ou défenseurs des salariés.

Dans une lettre transmise samedi à la presse, la chercheuse et spécialiste en conditions de travail et des humains en situation industrielle appelle la ministre à agir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".

Elle refuse donc ainsi la Légion d'honneur décernée par la ministre du Logement Cécile Duflot pour dénoncer l'indifférence qui entoure les questions liées à la santé au travail et les crimes industriels.

La présidente de l'association Henri Pézerat déplore que sous couvert de "crise économique" on occulte la dégradation des conditions de travail et "l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimique."

Annie Thébaud-Mony intervient régulièrement lors de colloques - le dernier en date : « Radioactivité et santé : risques et radioprotection » organisé au Parlement national de Bruxelles le 2 mars 2012 - parallèlement  à ses fonctions de chercheur en santé publique, spécialiste de la santé en lien avec le travail, dont une partie des recherches concerne – depuis le début des années 1980- le crime nucléaire.

Pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité

Annie Thébaud-Mony qui a été directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) précise sa position et sa pensée :"Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, et aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité". En ce sens elle valide le combat que poursuivent les citoyens et citoyennes pour l'arrêt immédiat et inconditionnel du nucléaire pour des raisons sanitaires et de santé publique.

Nous saluons son courage et sa détermination dans un monde ou le conformisme et la soumission des élus et personnes de pouvoir aux diktat des criminels nucléocrates est monnaie courante.

En fonction de ses engagements et disponibilités Annie Thébaud-Mony pourrait participer à la "Marche pour la vie du 18 au 25 août 2012, de Cadarache à Tricastin en passant par Marcoule et de nombreux villages et villes de Provence.