__

La population est appelée à se rassembler devant les lieux nucléaires qui portent atteinte au quotidien à sa santé et à l'existence des territoires. Ce sera l'occasion de faire la jonction avec les marcheuses et marcheurs de la "Marche pour la Vie" qui rencontreront, pendant 8 jours au long de leur trajets, la population, les élus et les salarié-e-s du nucléaire pour en finir sans attendre et une bonne fois pour toute avec le crime quotidien de la destruction atomique.

Il s'agit de crier à la face du lobby techno-politicien de la mort, aux fanatiques qui se servent des populations comme de simples cobayes de laboratoire : "Arrêt immédiat, sans condition et définitif du nucléaire".

3 lieux, 3 horaires, 3 jours

3 lieux, 3 horaires, 3 jours permettront à tous les antinucléaires, aux femmes, aux adultes et à la jeunesse de se retrouver au moment ou les destructeurs de l'atome s'engagent en France dans une nouvelle fuite en avant avec des projets comme ITER (tentative illusoire de fusion atomique), ASTRID (tentative dissimulée de relancer un "SuperPhénix" voué à l'échec) ou encore l'EPR (de soit-disantes nouvelles super-centrales nucléaires qui menaceront encore plus la vie); tous ces projets démentiels générant de nouveaux déchets nucléaires que les nucléocrates veulent imposer au peuple et dans les régions telle la poubelle nucléaire de Bure (manipulatoirement appelée Laboratoire de Recherche) ou l'ICEDA* proche du Bugey et de Lyon (visant à stocker les déchets radioactifs pour des siècles).

Ils enfantent des monstres, ils menacent nos vies et celles de nos enfants : ne les laissons pas faire, arrêtons le bras des criminel-les :

. Cadarache (Bouches-du-Rhône/St-Paul les Durance) : Samedi 18 août à 7h30 du matin

. Marcoule (Gard - Codolet) : Jeudi 23 août à 13h00

. Tricastin (Vaucluse - Bollène) : Samedi 25 août à 12h00

renseignement et contact : CAN84 - collectifantinucleaire84@hotmail.fr

l'affichette-tract à imprimer, à afficher et à diffuser : logo_pdf.png

__

* une installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés pour accueillir les déchets issus du démantèlement de Bugey 1 mais également des 8 autres réacteurs EDF en démantèlement. Elle accueillerait également les déchets métalliques issus de l’exploitation des centrales en fonctionnement. UN recours a permis la suspension provisoire de ce délire techno-scientiste en plein coeur d'une zone à forte densité de population.