__

" Vous êtes favorable au nucléaire? vous souhaitez un maintien de cette menace pendant encore 10 ans ou 20 ans ou 30 ans sous couvert d'une sortie progressive?"... "Sérieux problème pour vous, car alors il va falloir être cohérent avec vos positions : embauchez-vous comme volontaires pour servir d'intervenants-liquidateurs lorsque la catastrophe nucléaire frappera". C'est sous ce mode d'interpellation que les antinucléaires ont engagé la discussion avec les passants venant faire leur courses aux Halles de la place Pie d'Avignon ce dimanche 15 janvier 2012.

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_01.JPG  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_02.jpg

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_06.JPG  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_04.JPG

Immenses banderoles déployées sur le mur végétal surplombant le marché, dazibao avec le sigle nucléaire et le drapeau japonais, exposition de photographies des liquidateurs de Tchernobyl et des enfants et adultes victimes de la catastrophe nucléaire et des visages des déplacés de Fukushima, salon de thé à ciel ouvert, militants en tenue nucléaire, stand d'inscription de volontaires-liquidateurs prêt à se sacrifier pour la grandeur des nucléocrates : toute la place Pie s'affichait en opposant à l'armée du crime.

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_03.jpg  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_05.JPG

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_08.jpg  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_11.JPG

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_10.JPG  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_12.JPG

Les élus, qui aiment bien venir levé le verre de vin dominicale au stand du marché, sont aussi interpellés et mis en accusation - telle la députée-maire UMP d'Avignon, Mme MJ Roig - par les militants antinucléaires.

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_14.JPG  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_16.JPG

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_09.JPG 2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_13.JPG

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_WolaKota_01.jpg  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_WolaKota_03.jpg

Le journaliste japonais Kolin Kobayashi s'entretient avec les militants antinucléaires tandis que les sergent-recruteurs de liquidateurs tentent vainement de décrocher des volontaires alors que plus de 7400 habitants sont déjà signataires de la pétition exigeant la fermeture des réacteurs nucléaires et la fin de la destruction atomique.

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_18.JPG  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_Chris_17.JPG

A danger immédiat : arrêt immédiat. Cette position est la seule cohérente en matière de santé publique, car avec le crime nucléaire il ne s'agit pas de tergiverser, de faire de la stratégie politicienne ou des calculs d'alliance et d'union politique, d'élaborer de possibles scénarios d'accompagnement en douceur de sortie de la destruction atomique. Ou bien le nucléaire perdure et nous assassine à petit feu ou violemment ou bien on le fait disparaître telle la bête monstrueuse engendrée dans les entrailles de la folie dominatrice de scientistes fous. Il ne peut y avoir de "et". Seul le "ou bien" est possible. La vie ou la mort.

2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_WolaKota_05.jpg  2012-01-15_Avignon-mon-amour_Fukushima_WolaKota_04.jpg

__

Photos : Chris et WolaKota

La Presse en parle :

2012-01-16_Avignonmonamour_Presse_La_Marseillaise_02.jpg  2012-01-16_Avignonmonamour_Presse_La_Marseillaise_01a.jpg La Marseillaise     2012-01-16_Avignonmonamour_Presse_La_Provence_01.jpg La Provence   2012-01-16_Avignonmonamour_Presse_Vaucluse-Matin_01.jpg  Vaucluse-matin