.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Accélération : nouveau rassemblement antinucléaire sur Avignon

Près de 200 personnes se sont rassemblées place de l'Horloge à Avignon ce samedi 9 juillet 2011 pour exiger la sortie du nucléaire et dénoncer la barbarie de la destruction atomique. Parmi les prises de parole, Isabelle Taitt du Collectif antinucléaire 13, a notamment dénoncé vigoureusement le double-langage d'élus se présentant comme antinucléaires mais qui ont proposé le triste compromis "1 euro pour Iter, un euro pour les renouvelables"; Jean Revest, du Collectif antinucléaire de Vaucluse a rappelé les massacres atomiques des catastrophes nucléaires civiles de Tchernobyl (950 000 victimes) et Fukushima, toujours en cours, et dont l'évolution devient jour après jours de plus en plus sinistre et sordide.

__

Bientôt au tour de la France ? Bientôt au tour de la Provence ? Nul ne peut plus ignorer aujourd'hui qu'aucune centrale nucléaire n'est à l'abri d'un accident majeure faisant suite à la multitude d'incidents nucléaires qui se produisent chaque jour en France. Quelle soit jeune ou ayant plus de 30 ans d'âge, une seule position rationnelle et réaliste s'impose : à danger immédiat, arrêt immédiat.

Loin des discussions de salons et des tractations électoralistes entre politiciens s'accrochant à un modèle dépassé de fonctionnement de la cité, les militants antinucléaires pour un "arrêt immédiat, inconditionnel et définitif du nucléaire" ont marqué des points. Le "bon sens", la solidarité avec les populations victimes et l'évidence du crime de la destruction atomique gagnent les consciences. Très applaudis, les propos des collectifs antinucléaires autonomes citoyens ont été le reflet d'une volonté d'affirmer la libre organisation citoyenne des luttes contre le lobby nucléaire et ses relais, et le refus des récupérations par les partis politiques (intervention complète du collectif des Bouches-du-Rhône) .

Les autres orateurs, intervenants au nom de leur organisation spécifique et avec leur singularité, ont fourni de nombreux éléments validant l'extrême urgence d'en finir avec le nucléaire.

La lutte continue. Il faut tourner la page d'une période sombre de l'énergie et des menaces qu'elle fait planer sur le vivant. Sans attendre, car c'est une question sanitaire et de santé publique qui ne peut s'accommoder de palabres et de négociation sur le nombre plus ou moins important de gens à livrer en victimes sur l'autel atomique.


 

La Presse en parle :

La Marseillaise           Le Dauphiné     



 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet

A voir

2011-11-27_Inscrivez-vous-chez-vous.jpg