|

Justice : Areva-Socatri doit être condamnée pour contamination au Tricastin (communiqué du CAN84)

En juillet 2008 des fuites radioactives se sont produites sur le site nucléaire du Tricastin, et une contamination s'en est suivie. Ce vendredi 17 juin 2011, la Cour d'appel de Nîmes examinera l'appel, déposé par des associations et particuliers, de la décision du tribunal correctionnel de Carpentras, le 16 octobre 2010, de relaxer AREVA – SOCATRI pour cette contamination alors que la société nucléaire a été condamnée pour non-déclaration d'accident nucléaire.

__
Communiqué de presse du 16 juin 2011

Affaire du Tricastin : AREVA-SOCATRI doit être condamnée pour contamination

En juillet 2008 des fuites radioactives se sont produites sur le site nucléaire du Tricastin, et une contamination s'en est suivie. Ce vendredi 17 juin 2011, la Cour d'appel de Nîmes examinera l'appel, déposé par des associations et particuliers, de la décision du tribunal correctionnel de Carpentras, le 16 octobre 2010, de relaxer AREVA – SOCATRI pour cette contamination alors que la société nucléaire a été condamnée pour non-déclaration d'accident nucléaire.

Situé entre Valence et Avignon, le site nucléaire du Tricastin regroupe à la fois des installations de traitement du combustible et 4 réacteurs nucléaires, tous aujourd'hui âgés de 30 ans. La filiale d'Areva, SOCATRI, y assure le traitement des effluents nucléaires et industriels et la maintenance et le démantèlement de matériaux radioactifs.

Le 7 juillet 2008 au soir, une alarme s’est déclenchée dans l’usine SOCATRI, signalant un niveau élevé d’effluents uranifères dans une cuve. Le 8 juillet 2008 au matin, les employés de l'usine se sont aperçus qu'il existait une fuite au niveau du système de rétention de la cuve. Une partie du liquide radioactif s’est répandu sur le sol et dans le canal adjacent, polluant les rivières de la Gaffière et du Lauzon. 75 kg d’uranium ont été ainsi rejetés dans les cours d’eau avoisinants. 30 m3 d’effluents chargés d’uranium ont contaminé les eaux superficielles, privant la population d’eau potable, polluant des lieux de baignade fréquentés, portant atteinte à l'agriculture locale.

De nombreuses associations et citoyens, ont alors porté plainte pour pollution des eaux et omission de déclaration d’incident, et se sont portés partie civile. Le 14 octobre 2010, le tribunal correctionnel de Carpentras a condamné AREVA-SOCATRI à une peine de 40 000 euros d’amende (1), pour avoir caché à l’Autorité de Sûreté Nucléaire le grave "incident" qui s’était déroulé dans ses installations. Pourtant, AREVA-SOCATRI a été relaxée du délit de pollution des eaux. Un appel de cette relaxe a été formé.

Tout juste un an après le procès en première instance, l'audience en appel se tiendra vendredi 17 juin 2011 à 8H30 à la Cour d'appel de Nîmes.

Le Collectif antinucléaire 84 souhaite une condamnation ferme des criminels nucléocrates dont l'activité quotidienne représente une menace permanente sur la vie, la santé et l'environnement.

Collectif antinucléaire 84
collectifantinucleaire84@hotmail.fr
www.coordination-antinucleaire-sudest.org
contact :             06 60 76 04 03      

__

Note :
Un appel d'un français installé au Japon : La France soit se réveiller contre le nucléaire!
Prenez 14 minutes de votre temps et écoutez Alex !  http://www.youtube.com/watch?v=pN7yFxwxktI&feature-player_embedded

dernière heure : ce témoignage-video risquant d'être supprimé du site "youtube" vous pouvez le visionner directement sur notre site ici

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet